25.11.21
16:35

"Les palabres, ça suffit. Il faut foncer: 100.000 doses booster par jour"

Après les déclarations du Premier ministre Alexander de Croo et du ministre de la Santé Frank Vandenbroucke à la Chambre, la cheffe de groupe cdH Catherine Fonck a réagi au micro de Romuald La Morté.

"Ces discours cacophoniques qu'on entend maintenant depuis plusieurs semaines de la part des différents ministres, des différents gouvernements, ça n'arrange rien à la situation, souligne-t-elle. "Reconnaissons que ce gouvernement, et les gouvernements d'ailleurs régionaux, ont réagi de nouveau de manière tardive, mais aussi trop légère. Il suffit de voir les mesures qui ont été prises la semaine dernière. Le masque, oui, mais pas toujours, même dans les lieux intérieurs bondés. La ventilation: qu'est ce que vous avez aujourd'hui à Bruxelles? C'est un capteur CO2 pour 50 classes. Qu'est ce que vous voulez vous faire avec ça? En Wallonie, il n'y en a toujours pas. On sait que le virus circule pourtant massivement."

 

Lire aussi: Un Comité de concertation aura lieu demain

 


"Autant de mesures qui n'ont pas été prises à temps, alors que on sait que le variant Delta est beaucoup plus agressif. Pas depuis aujourd'hui, ni hier. On le sait depuis juin, juillet. Et donc maintenant, il faut sortir des palabres. On a des ministres qui commentent chaque jour les chiffres. Moi, ce que j'attends de ce gouvernement, ce sont des actions rapides, parce qu'on a encore des armes qui peuvent être déployées."

 

"Je comprends que les gens en aient ras-le-bol. Ce que je dois constater comme eux, c'est que le gouvernement, les gouvernements, ont été sourds aux appels des experts. Déjà depuis plusieurs semaines. Quand on lâche le masque à la rentrée des classes, à la reprise du travail, aujourd'hui, on en paye directement les conséquences. Tout le monde se focalise aujourd'hui sur les personnes non vaccinées, et bien sûr qu'il va falloir les convaincre, mais elles sont un petit nombre. A côté de ça, on a un grand nombre de personnes, et surtout les plus de 45 ans, qui ont déjà reçu leur deuxième dose depuis plus de six mois et dont on sait maintenant que l'efficacité vaccinale diminue. Elles sont le plus à risque d'être hospitalisées. En une semaine, en leur injectant un booster, les données montrent bien qu'on restaure leur immunité. Ce que j'attends du gouvernement, c'est que sur le mois qui vienne, grand maximum, 4 millions de doses de booster soient administrées . Et je vous assure qu'avec ça, on diminue très rapidement un grand risque d'hospitalisation et que ça permettrait surtout d'éviter complètement la saturation des hôpitaux et des soins de santé."

 

"Je veux une opération, les actions concrètes d'un plan. N'attendons pas. Ça fait des semaines, on a perdu assez de temps. Maintenant, c'est fini. On injecte pour le moment beaucoup trop peu et beaucoup trop lentement de troisième dose booster. Tentons de travailler. Il faut rouvrir tous les centres de vaccination. Il faut soutenir logistiquement la possibilité pour les médecins généralistes de vacciner réellement, facilement, dans leurs cabinets. Il faut foncer, 100.000 doses de booster par jour. Ça, ça rend un plan opérationnel faisable, concret et efficace. Moi, c'est ça que j'attends. Parce que si de nouveau, ils passent des heures à ergoter..."

Partager cet article

En lien avec l'article