20.10.21
16:52

Zemmour peut constituer "une réserve de voix" pour le second tour de Marine Lepen

Marine Le Pen estime que si Eric Zemmour se présente à la présidentielle il peut "constituer une réserve de voix pour le second tour", où elle se voit accéder bien que le polémiste la talonne dans les sondages.

"À partir du moment où nous avons des objectifs similaires - stopper l'immigration et rendre leur pays aux Français -, Éric Zemmour peut bien sûr constituer une réserve de voix pour le second tour", affirme la candidate du Rassemblement national dans un entretien à l'hebdomadaire conservateur Valeurs actuelles à paraître jeudi.

"Son électorat potentiel, les CSP+ et les personnes âgées, est sociologiquement le même que celui d'Emmanuel Macron et de Xavier Bertrand. Qu'un candidat puisse attirer ces électeurs vers le camp national est une bonne chose en soi", ajoute Marine Le Pen.

"La fonction tribunitienne qu'il s'est choisie est probablement la plus adaptée pour parler aux abstentionnistes, précisément en raison du charme de la radicalité et du vote exutoire", poursuit la candidate du RN, parti parmi les plus touchés par l'abstention aux élections régionales en juin.

Mais pour Marine Le Pen, le polémiste d'extrême droite "a beaucoup moins de chances de gagner" qu'elle en avril 2022 "car il va surmobiliser ses adversaires par ses propos outranciers".

Elle se demande sur l'immigration quelle est sa "plus-value" à part "des mesures chocs comme les prénoms, dont on voit bien qu'elles sont là pour faire le buzz plus que pour être réellement appliquées".

Elle critique sa "vision ultralibérale" sur le plan économique que son électorat populaire "n'acceptera pas", conteste sa vision de l'islam qu'il associe à l'islamisme, et "récuse sa vision de la femme".

La candidate d'extrême droite assure pour sa part avoir sorti sa famille politique "de sa posture marginalisante et clivante" pour la "muer en parti de gouvernement crédible". Si être anti-système c'est "raconter n'importe quoi, faire des promesses qu'on ne pourra pas tenir, ne rien préparer et arriver comme des amateurs", "ce n'est pas ma vision", dit-elle.

Elle promet une "grande politique d'assimilation" en restaurant "la grandeur, le respect de la France et de son identité" et en rétablissant "l'apprentissage de l'histoire et de la langue" à l'école.

 

AFP

Partager cet article

En lien avec l'article