20.10.21
10:10

​​​​​​​La Flandre et la Suède se rapprochent un peu plus

Jan Jambon est de retour en Belgique ce matin après un séjour de 2 jours en Suède.

Le ministre président flamand souhaite renforcer les liens économiques et culturels entre la Flandre et la Suède. A la question que j’ai posé à ses collaborateurs, "est-ce parce qu’il y a un attrait pour le modèle de société de ces pays-là ?", la réponse méritait d’être franche et claire : Oui !

Qu’est-ce que veut signifier une région qui se rapproche d’un pays et d’une culture dont elle se sent proche? Est-ce que c’est une affirmation de différence avec la communauté francophone de Belgique par exemple ? Le débat est complexe.

Dans tous les cas Jan Jambon croit au soft power : ce savant mélange d’économie et de culture. En septembre dernier déjà, à l’occasion de son premier voyage post-pandémie, il s’était empressé d’aller inaugurer une représentation flamande au Danemark et il vient de faire la même chose en Suède.

Aucun contrat commercial n’a été signé. Mais les bases diplomatiques sont là : en se focalisant notamment sur une région, prospère, la région de Göteborg.

La CEO de Flanders Investment et le CEO de la région économique de Göteborg, ont signé, une déclaration d’intention de collaboration. Les secteurs mentionnés sont l’électrification, le développement de la 5G et viennent ensuite : l'économie circulaire, la mobilité verte, les véhicules connectés, la conduite autonome, la technologie hydrogène, l'Internet des objets et la cybersécurité.

En somme les deux régions se promettent d’être innovantes main dans la main. On le sait bien, maitriser l’innovation, c’est se positionner en leader de demain.

 

Autre enjeu central: le dossier chaud de la méga usine Volvo.

C'est le ministre-président lui-même qui s’y est attelé : convaincre la direction de l’entreprise automobile suédoise Volvo d’installer une usine de batteries en Flandre.

A Gand il y a déjà une usine Volvo qui assemble deux modèles de voitures électriques. L’usine en projet doit permettre à Volvo de produire des batteries de A à Z et d’équiper les voitures électriques sur site à raison de 400.000 voitures électriques par an.

C’est un projet de "giga-usine" que la municipalité de Gand et la région flamande sont disposées à tout faire pour accueillir. La direction suédoise penche en faveur de la Flandre au point de la mettre en concurrence directe avec d'autres sites potentiels, en Suède. La décision devrait tomber au premier semestre 2022..
Il était donc temps de mettre un coup de pression. Mais la pression va dans les deux sens, car avec quelque 7 000 employés, Volvo Car Gent est le plus grand employeur industriel de Flandre.

La direction suédoise a été claire sur un point : ce qui pèsera dans la balance c’est l'éducation et la formation du personnel qualifié. 

 

Enfin, d’autres collaborations concrètes sont dans les tuyaux.

Le nom des entreprises est à ce stade encore protégé par le secret des affaires. Plusieurs entreprises suédoises sont présentes en Belgique et des dires de l’entourage de Jan Jambon elles sont heureuses, il leur a demandé de recommander la Flandre auprès des patrons suédois pour des contrats à court et moyen terme. 

La culture joue également un rôle important dans le Soft Power, d’ailleurs Jan Jambon est aussi en charge de la culture en Flandre.

Il était en visite hier après-midi du musée Vasa, le musée plus connu de suède. Cette institution est basée autour de l’épave restaurée d’un bateau, symbole de conquête et de prospérité, rien que ça…

Au terme du voyage, les professeurs de néerlandais et leurs 220 élèves de langue et de culture néerlandaises à l’université de Stockholm ont rencontré la délégation flamande. Même si les Pays-Bas sont les référents pour la supervision de ce programme, la Flandre entend bien y participer activement, en favorisant des programmes d’échanges universitaires et des séjours étudiants.

En somme prof de néerlandais en Suède est certainement un métier d’avenir. 

Partager cet article