19.10.21
05:19

Grève chez Lidl: un accord trouvé entre syndicats et direction

De nombreux jours de grève et plus de 18 heures de négociations syndicales plus tard, ça y est: un accord a été trouvé entre les syndicats et la direction de LIDL en conflit depuis plusieurs mois. 
 


Quels éléments ont été obtenus ?



Selon des premières informations, les syndicats ont obtenu plus de renforts dans les magasins, notamment dans les LIDL qui connaissaient des problèmes plus importants ces derniers mois.

Un renforcement important des équipes volantes (le personnel qui effectue les remplacements dès qu’il a des malades dans les effectifs) a également été négocié.


De ce que l’on comprend, les syndicats ont donc obtenu ce qu’ils désiraient en quelque sorte, mais une partie ces nouvelles mesures ne seront effectives que jusqu'au mois de juin 2022. Des mesures temporaires donc, pour rétablir la situation
dans les magasins en grève dont certains sont fermés depuis bientôt une semaine.

Les négociations vont continuer jusqu'à la fin du mois de mars pour discuter des thématiques prévues comme la durée du travail. La direction a donné 14h maximum pour rouvrir les magasins LIDL en grève. 



Quelles demandes étaient formulées par les syndicats ?

 

Les syndicats réclamaient un mesurage des tâches à faire dans tous les magasins, ceci sur une période suffisante (une semaine) pour prendre en considération tous les aléas des magasins. Ils veulent aussi que les représentants syndicaux soient associés à la direction pour valider les calculs du mesurage. Selon les syndicats, la direction ne veut pas que ce mesurage soit fait dans tous les magasins et pour une période d'une semaine.

Les syndicats demandaient également un renforcement drastique des équipes volantes. Selon eux, le renforcement actuel est "insuffisant".

Enfin, ils réclamaient aussi le maintien à durée indéterminée des 42h/semaine dans chaque magasin + soit maintien des 28h/semaine (en vigueur jusqu'au 30/9) soit le retrait de la "presta nette" du Filiale Manager. Là aussi, la direction ne rencontrerait pas complètement cette exigence.

Plus généralement, les syndicats estimaient que la direction niait que l'absentéisme et le turn-over soient le signe d'une charge de travail trop grande pour les travailleurs. "Quand la direction reste sourde à vos revendications, il faut durcir le ton" avaient conclu les syndicats dans leur lettre aux personnel.

 

Partager cet article