12.10.21
07:33

"Il faut montrer qu'on revient à du sérieux budgétaire"

Georges-Louis Bouchez, président du MR, était l'invité de Martin Buxant

Le président du MR était au micro de Martin Buxant juste après sa sortie de la réunion du gouvernement sur l'accord du budget fédéral 2022. "Sur la dernière mouture, il y a un accord du MR", a-t-il annoncé. Selon lui, l'accord est un équilibre subtil où il n'est pas question de modifier le moindre élément.

Deux dossiers sont encore sur la table ce matin et doivent être finalisés : celui du travail de nuit et dominical, ainsi que l'aide aux classes moyennes concernant l'énergie.

Sur l'effort budgétaire prévu, le gouvernement parle d'une diminution du déficit de 2 milliards d'euros. "Il faut montrer qu'on revient à du sérieux budgétaire et à une certaine normalité". 

Georges-Louis Bouchez parle de réformes structurelles : l'activation des demandeurs d'emploi. Il explique que le fédéral et les régions travaillent à remplir les métiers en pénurie via différentes mesures. Il y a un responsabilisation de tous les acteurs : médecins, mutuelles, employeurs, mais aussi les travailleurs. "C'est une première en Belgique, ça montre que la question des métiers en pénurie et la question de l'invalidité, sont prises en charge"

Sur l'énergie : prolongation du tarif social avec un chèque de 50 à 80 euros. Pour la classe moyenne, deux mesures sont prévues :

1) Le cliquet inversé : "pour la facture de tous le monde, on va pouvoir maitriser la hausse des prix et la fiscalité à partir du moment où le prix de l'énergie augmente"

2) Le tax shift pour les classes moyennes : un peu moins de 300 000 millions d'euros pour baisser les impôts des salaires moyens (2300 euros/salaire médian)

Les métiers en pénurie : "un accord de coopération est prévu entre les régions et le fédéral. On a prévu des mesures sur la mobilité des travailleurs mais aussi en ce qui concerne les métiers en pénurie. Cet accord de coopération doit viser les incitants et les sanctions".

La compression du temps de travail : "la mesure adoptée, c'est que si un travailleur veut prester ses heures de travail (38h) en 4 jours), et bien il peut le faire. Cela permet de flexibiliser le travail et de donner de la liberté aux travailleurs"

Le budget fédéral : 2 milliards d'euro d'efforts (réduction pure de déficit), 500 000 millions d'euros pour des politiques nouvelles récurrentes, et 1 milliard d'euro pour des investissements (technologiques + régie des bâtiments + environnemental + le rail). "C'est un budget responsable, sérieux, de relance".

Partager cet article