21.09.21
09:45

Les collégiennes et lycéennes vont revenir en cours, annoncent les talibans

Les collégiennes et lycéennes afghanes seront autorisées "aussi vite que possible" à retourner à l'école, a annoncé mardi le porte-parole du gouvernement taliban, alors que les restrictions ciblant les femmes se sont multipliées ces dernières semaines en Afghanistan.

Les talibans ont également nommé plusieurs ministres et complété ainsi la formation de leur gouvernement, qui ne comprend aucune femme ministre ni ministère des Femmes, a ajouté Zabihullah Mujahid lors d'une conférence de presse à Kaboul. 

"Nous finalisons les choses (...) Cela se produira aussi vite que possible", a-t-il assuré concernant le retour des collégiennes et les lycéennes dans leurs établissements scolaires.

Samedi, les talibans avaient appelé les garçons à retrouver leurs collèges et lycées, mais pas les filles, provoquant l'émoi au sein de la population afghane et de la communauté internationale, qui craint un retour au régime de fer des talibans des années 90 qui interdisaient notamment aux femmes d'étudier.

Les cours dans les écoles afghanes avaient été interrompus à la mi-août à la suite du retour au pouvoir des talibans, à la faveur du retrait américain et de l'effondrement du gouvernement pro-occidental. Le nouveau régime afghan avait annoncé la première partie de son gouvernement, comprenant de nombreux responsables historiques du mouvement, le 7 septembre dernier. M. Mujahid a une nouvelle fois souligné mardi qu'il s'agissait d'un gouvernement de transition qui allait être renforcé à l'avenir.

"Du temps" pour le paiement
Par ailleurs, les talibans peuvent payer les salaires des fonctionnaires mais ont "besoin de temps". Les talibans ont assez d'argent pour payer les salaires des fonctionnaires afghans, mais ont "besoin de temps", a déclaré mardi leur porte-parole, Zabihullah Mujahid.

Un mois après le retour des talibans au pouvoir en Afghanistan, de nombreux fonctionnaires se plaignent de ne pas avoir reçu de salaire depuis au moins deux mois.
 

Partager cet article

En lien avec l'article