17.09.21
16:44

Le Capitole sous haute sécurité avant une manifestation en soutien des pro-Trump

Le Capitole était l'objet vendredi à Washington de fortes mesures de sécurité à la veille d'une manifestation en soutien des partisans de Donald Trump arrêtés pour avoir participé au violent assaut du siège du Congrès américain le 6 janvier. 

Une haute barrière a été érigée sur la place autour de l'imposant bâtiment surmonté d'un dôme blanc et la police a prévu de fermer les routes alentour dès vendredi soir, craignant des débordements. A la différence du 6 janvier, le Congrès ne sera pas en séance et les parlementaires ne seront donc pas à l’intérieur lorsque les manifestants se retrouveront samedi à midi près de cette enceinte, sous le mot d'ordre "Justice for J6" (Justice pour le 6 janvier). 

Les autorités s'attendent à ce qu'environ 700 manifestants répondent à l'appel de l'organisation "Look Ahead America", qui veut dénoncer "le traitement tyrannique et inhumain des prisonniers politiques du 6 janvier". Les organisateurs ont demandé aux participants de ne pas porter de signes politiques, y compris en "soutien au président Trump ou au président Biden".

La police est "bien mieux préparée" que le 6 janvier, avait estimé le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, en début de semaine après une réunion avec les forces de l'ordre. Elles donneront une conférence de presse vendredi à 13H00 (19h00, HB). Le 6 janvier, des milliers de partisans de Donald Trump s'étaient rassemblés aux abords de la Maison Blanche pour écouter celui qui était encore président.

Puis plusieurs centaines d'entre eux, criant à la fraude lors de la présidentielle de novembre, remportée par Joe Biden, avaient forcé l'entrée du Capitole pendant que les parlementaires, en présence du vice-président Mike Pence, certifiaient la victoire du démocrate. Les élus avaient dû être évacués en urgence face à l'avancée des émeutiers.

Acquitté après un procès en destitution pour incitation à la violence, mené tambour battant au Congrès après l'insurrection, Donald Trump affirme encore, sans aucune preuve, que l'élection a été truquée et défend les manifestants arrêtés. 

"Toutes nos pensées vont à ceux qui sont persécutés aussi injustement à cause de la manifestation du 6 janvier concernant l'élection présidentielle truquée", a-t-il écrit jeudi, sans mentionner directement la manifestation de samedi. Environ 600 personnes ont été arrêtées pour leur participation à l'attaque et la majorité ont été inculpées, pour des chefs plus ou moins lourds.

Partager cet article

En lien avec l'article