20.08.21
17:47

La fin de nombreuses restrictions, mais Bruxelles sur pause

Le gouvernement fédéral et les gouvernements des entités fédérées se sont réunis pour un nouveau Comité de concertation de 14h00 à 17h00 ce vendredi.

Vaccination obligatoire pour le personnel soignant, la fin de la bulle et des assouplissements mais pas encore pour la Région bruxelloise: le Comité de concertation a annoncé la fin de nombreuses restrictions et le début de la phase post-fédérale de la gestion de l'épidémie. 

 

Le Comité de concertation constate une tendance à la hausse lente mais persistante du nombre de contaminations. Le Commissariat Covid-19 confirme cependant que la situation est et reste maîtrisable, plus particulièrement dans les hôpitaux. On le doit au succès de la campagne de vaccination. Plus de 90% des personnes âgées de plus de 65 ans et des personnes vulnérables de notre pays ont été entièrement vaccinées ; près de 70% de la population totale a été vaccinée. Grâce à ces résultats, la Belgique fait partie des pays les plus performants de l'Union européenne et du monde en matière de vaccination.

"Faites-vous vacciner", a insisté le Premier ministre Alexander De Croo.

 

L'objectif d'un taux de vaccination de 70 % des adultes ayant été atteint, le Comité de concertation décide de passer à l'étape suivante du Plan été dès le 1er septembre prochain.

La Région bruxelloise a toutefois décidé de mettre "ces assouplissements sur pause", jusqu'à une réévaluation dans un mois, à cause de la faible couverture vaccinale. 

 

Les décisions: 

 

Vaccination obligatoire des soignants

Le Comité prend la "décision de principe" d’imposer la vaccination complète à l’ensemble des prestataires de soins, y compris les indépendants, tant dans le secteur ambulatoire que dans les établissements de soin.

Reste à définir les modalités pratiques et les conséquences d'un éventuel refus de s'y conformer. Les ministres de la Santé et de l’Emploi sont invités à consulter les organisations représentatives des employeurs et des travailleurs dans les secteurs public et privé des soins de santé et à prendre ensuite les initiatives législatives nécessaires.

Un rapport sera remis en vue du prochain Comité de concertation, à la mi-septembre.

 

Bruxelles sur pause

Le taux de vaccination reste trop faible dans un certain nombre de communes du pays. C'est le cas dans les trois Régions, mais surtout dans certaines communes de la Région de Bruxelles-Capitale, où les mesures actuelles resteront donc d'application au moins jusqu'au 1er octobre.

"Nous avons décidé de mettre les assouplissements sur pause à Bruxelles, même si l'on sait que cela peut-être frustrant pour les vaccinés qui ont rempli leur part du contrat social," a expliqué le minitre-président Rudi Vervoort. "Il faut décentraliser la vaccination à Bruxelles."

En conséquence, le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a décidé de ne pas appliquer pour au moins un mois les assouplissements annoncés pour:

  • l’horeca,
  • le secteur événementiel
  • les cultes
  • les magasins de nuit

 

Le Comité de concertation souhaite également que la Région de Bruxelles-Capitale renforce le contrôle du respect des règles en matière du port du masque obligatoire, entre autres dans les transports en commun, de la distanciation sociale et de l’obligation en matière de test et de quarantaine. Et veut la mise en ouvre d'actions de sensibilisation pour encourager la vaccination. 

Le faible taux de vaccination et la circulation intense du virus que cela entraine dans certaines communes de la Région de Bruxelles-Capitale engendrent déjà une charge accrue pour les hôpitaux bruxellois. Un tiers des lits en soins intensifs occupés par des patients COVID-19 sont situés dans la Région de Bruxelles-Capitale. Le pourcentage de lits d'hôpitaux occupés par des patients COVID-19 est de 20% dans la Région de Bruxelles-Capitale, contre 8% pour l'ensemble du pays. Il est à noter que 23% des hospitalisations COVID-19 en Région de Bruxelles-Capitale concernent des non-Bruxellois.

 

Horeca - sauf Bruxelles

À partir du 1er septembre :

  • les restrictions relatives aux heures d’ouverture et de fermeture ne sont plus d’application. Ceci s’applique également au service à domicile dans le cadre des activités Horeca 
  • le nombre de personnes par table n’est plus limité 
  • l’obligation de ne prévoir que des places assises à table, est abrogée 
  • il n’est plus obligatoire de rester assis à sa propre table 
  • le service au bar est autorisé 
  • une distance d'au moins 1,5 mètre entre les tablées ne doit plus être garantie
  • les restrictions relatives aux terrasses sont levées
  • la limitation à 80db est supprimée
  • le port du masque reste obligatoire lors des déplacements à l’intérieur d’un établissement Horeca

  • danser dans les cafés est à nouveau autorisés à partir du 1er octobre seulement

  • les magasins de nuit peuvent rester ouverts à leur heure d’ouverture habituelle

 

Boîtes de nuit - sauf Bruxelles

Les discothèques et dancings peuvent ouvrir à partir du 1er octobre sur la base de protocoles renforcés en ce qui concerne la qualité de l’air, la ventilation et la capacité maximale en fonction de la superficie. Ces protocoles doivent être disponibles le 10 septembre.

 

Bulle sociale - sauf Bruxelles

À partir du 1er septembre, les restrictions concernant les rassemblements à la maison ou dans un hébergement touristique sont levées.

 

Enseignement

Le Comité prend note des décisions et recommandations des ministres de l’Enseignement.

Compte tenu de l’objectif général d’atteindre un taux de vaccination maximal de la population totale, il est nécessaire de produire un effort supplémentaire afin d’augmenter le taux de vaccination des 12-17 ans.

Compte tenu du fait que les enfants et les jeunes reçoivent déjà de nombreux vaccins, le Comité invite les ministres de l’Enseignement et de la Santé publique à organiser, en coopération avec la Task Force Vaccination, des actions spécifiques avec la médecine scolaire en ce qui concerne la sensibilisation et la vaccination.

 

Activités dans un contexte organisé - sauf Bruxelles

À partir du 1er septembre les restrictions relatives aux activités dans un contexte organisé, en particulier organisé par un club ou une association, sont abrogées.

 

Fêtes privées - sauf Bruxelles

L’interdiction de danser et d’organiser des buffets lors de fêtes privées, notamment de mariages, est levée au 1er septembre. Cela ne s’applique pas aux thés dansants, discothèques et night clubs.

 

Cultes - sauf Bruxelles

À partir du 1er septembre les restrictions concernant ce qui suit sont levées :

  • les mariages civils, enterrements et fêtes de communion ;
  • l'exercice collectif du culte et l'exercice collectif de l'assistance morale non confessionnelle et d’activités au sein d'une association philosophique non confessionnelle ;
  • l'exercice individuel du culte et l'exercice individuel de l'assistance morale non confessionnelle et d’activités au sein d'une association philosophique non confessionnelle ;
  • la visite individuelle ou collective d'un bâtiment de culte ou un bâtiment destiné à l'exercice public de l'assistance morale non confessionnelle.

 

Le port du masque obligatoire est maintenu. 

 

Secteur événementiel et Covid Safe Ticket - sauf Bruxelles


- Les restrictions concernant les événements réunissant moins de 200 spectateurs à l'intérieur et moins de 400 spectateurs à l'extérieur sont levées, sauf si l'autorité locale compétente en décide autrement. 


- Concernant les événements réunissant plus de 200 spectateurs en salle et plus de 400 spectateurs à l'extérieur, le Covid Safe Ticket pourra être utilisé à partir du 1er septembre. Dans ce cas uniquement, les obligations concernant le masque, la distance sociale et le CIRM/CERM seront annulées. 


- À partir du 1er octobre, la fin des restrictions s'appliquera au moins aux événements rassemblant 500 spectateurs à l'intérieur et 750 spectateurs à l'extérieur. 

 

Voyages

Le Comité confirme ses décisions du 19 juillet, tout en précisant qu’un test au jour 1 après le retour ou l’arrivée doit toujours être suivi d’un test au jour 7, sans que cela n’entraîne pour autant une obligation de quarantaine. Le taux de positivité des personnes qui reviennent de certains pays ou y entrent est nettement plus élevé que celui des voyageurs en partance, ce qui confirme que les voyages continuent d'être un facteur de contamination.

- Maintenir et, le cas échéant intensifier, les contrôles renforcés à l'entrée

- Les axer sur les pays en provenance ou de retour desquels les voyageurs présentent un taux de positivité nettement plus élevé

- Renforcer les contrôles de l'obligation de dépistage et de quarantaine pour les zones présentant un taux de positivité élevé

- Renforcer la surveillance du testing, du tracing, de la quarantaine et de l’isolement des personnes de retour ou en provenance de zones présentant un taux de positivité élevé.

 

Télétravail

Le Comité de concertation invite les entreprises à ancrer structurellement le télétravail.

 

Port du masque obligatoire et respect des distances 


- Le port du masque reste obligatoire dans toute une série de situations, notamment dans les transports en commun et les gares, dans les magasins et les centres commerciaux, lors des déplacements dans les établissements Horeca, dans les salles de conférence, les foires commerciales, les auditoriums, les lieux de culte, les palais de justice, les bibliothèques et lors de manifestations. Dans les lieux très fréquentés tels que les rues commerçantes, les marchés annuels et les foires, le port du masque reste obligatoire, comme le prévoient les autorités locales compétentes.

 

- A partir du 1" septembre, le port du masque n'est plus obligatoire:

  • dans les espaces accessibles au public des entreprises, des collectivités publiques ou des associations, ainsi que dans le secteur culturel, festif, sportif, récréatif et événementiel pour les événements
  • pour les  fêtes privées rassemblant moins de 200 personnes à l'intérieur et 400 personnes à l'extérieur, sauf décision contraire de l'autorité locale. 

 

 

Efforts supplémentaires pour atteindre une vaccination complète

Afin de réduire la circulation du virus et la charge hospitalière, le seuil minimum de 70% de taux de vaccination complète doit être atteint dans toutes les communes du pays, comme étape intermédiaire vers une vaccination complète de la population. 

Dans un certain nombre de communes, le taux de vaccination reste inférieur à ce niveau. C'est le cas dans les trois régions, mais surtout dans la Région de Bruxelles-Capitale. Le Comité de concertation soutient donc l'intention du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale d'organiser des actions spécifiques pour sensibiliser la population et rapprocher la vaccination du domicile et du lieu de travail, notamment par des initiatives de porte-à-porte. La Région de Bruxelles-Capitale continue également à vivement encourager le télétravail.

La possibilité sera donnée aux entités fédérées qui comptent des communes où la situation épidémiologique ou vaccinale l'exige, de prévoir le Covid Safe Ticket pour des activités autres que des événements. 

 

Préparation de la fin de la phase fédérale

Le Commissariat COVID-19 et le Centre national de crise sont chargés d'élaborer un rapport sur la manière d'organiser la fin éventuelle de la phase fédérale. Le mandat du Commissariat COVID-19 est également prolongé de six mois, notamment pour accompagner la fin de la phase fédérale et assurer le transfert des missions. 

Le processus de fin de la phase fédérale pourra être enclenché et les modalités de la phase post-fédérale pourront être déterminées si l'augmentation actuelle des indicateurs atteint son point culminant à la deuxième moitié du mois de septembre, avant de redescendre. Même après la phase fédérale, la gestion des foyers, la gestion des protocoles, le maintien des lignes de défense (qualité de l'air, plans de contingentement, dépistage/tracing/quarantaine/isolement) ainsi que la coordination et l'échange d'informations entre le gouvernement fédéral et les entités fédérées doivent continuer à être assurés.

La fin de la phase fédérale sera préparée par un rapport le 10 septembre, un rapport circonstancié sur la manière de préparer la fin de la phase fédérale et d'organiser la phase post-fédérale, rapport qui sera entre autres basé sur une analyse épidémiologique approfondie et prospective. Le Comité discutera de ce rapport lors de sa prochaine réunion à la mi-septembre.

Partager cet article

En lien avec l'article