15.06
05:51

Ta race 

Les signalements pour faits discriminatoires ont bondi de 11% en un an, selon le rapport 2020 de Unia. Et parmi ces discriminations, ce sont celles qui reposent sur le critère de la race qui se taillent la part du lion. Attention, danger.

Et on plonge ce matin, encore dans la mouvance d’extrême-droite avec le rapport 2020 d’Unia, l’ex centre pour l’égalité des chances qui pointe 9446 signalements discriminatoires en 2020, soit une hausse de 11% des faits a caractères discriminatoires qu’ils soient sur base de la race, du handicap, de l’orientation sexuelle ou religieuse.

Ce sont les discriminations sur base raciale qui ont tendance a augmenter le plus : elles représentent 37% des discriminations signalées.

Et ce n’est que la face immergée de l’iceberg puisque Unia ne reçoit des signalements de la part des autorités judiciaires qu’à partir du moment où une infraction par rapport aux lois sur le racisme est commise. Les discours haineux par exemple ne tombent que rarement dans les signalements puisqu’il faut qu’il y ait incitation par un tiers à commettre un acte. La loi devrait changer, mais pour le moment elle reste celle-là.

 
Prenons le cas de Jurgen Conings. 


Le militaire radicalisé à l’extrême droite est passé en dessous des radars puisque les autorités militaires n’ont pas envoyé son signalement à Unia et que le parquet a classé sans suite des plaintes qui le concernaient pour des faits de racisme. Les autorités militaires n’ont pas respecté une circulaire judiciaire de 2013 qui impose de transmettre a Unia tout signalement de faits de haine. C’est cet esprit de corps, l’armée protège relève le directeur d'Unia ce matin. "C’est dommage", dit-il, "car nous avons développé une vraie expertise en la matière".

Et c’est le même esprit de corps qui prévaut dans le dossier dont on vous a parlé il y a quelques jours, dossiers de faits à caractère racistes constatés chez les pompiers bruxellois.

Et, sans surprise, les discours discriminatoires se retrouvent le plus souvent au Vlaams Belang 

Mais on aurait tort cependant de penser que l'extrême droite est l’apanage ou la propriété exclusive de la Flandre, Patrick Charlier, indique encore que des signalements viennent de la partie francophone du pays. Il y vit des groupuscules d’extrême droite, ils sont moins organisés qu’en Flandre mais ils constituent néanmoins une menace.

 

Dans ce contexte, l’agression supposée de Ninove résonne particulièrement.

Nisrine, jeune bruxelloise voilée de 19 ans, insultée, molestée et renversée par un chauffeur raciste a Ninove parce qu’elle portait le voile. Nisrine dont la police de Ninove a refusé d’enregistrer la plainte, a finalement pu déposer plainte mais auprès d’un commissariat bruxellois : les politiques de gauche ont fermement condamné cet acte à connotation raciste. À ce stade, on ne sait toujours pas si le parquet de Gand a ouvert une enquête.

Partager cet article

En lien avec l'article