15.06
20:57

L'UE emprunte 20 milliards, coup d'envoi d'un plan de relance historique

L'UE a réussi à emprunter 20 milliards d'euros mardi sur les marchés financiers pour commencer à financer son plan de relance européen historique de 750 milliards d'euros destiné à surmonter les conséquences économiques de la pandémie.

"Aujourd'hui, nous avons conduit avec succès la première opération d'émission d'obligations" pour financer le plan NextGenerationEU, a annoncé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors d'une conférence de presse.

"La Commission a levé 20 milliards d'euros sur les marchés financiers via une obligation à 10 ans. C'est la plus grande opération" de ce type jamais réalisée en Europe, a-t-elle affirmé, évoquant "une journée historique".

Les 27 Etats membres de l'UE avaient achevé fin mai le processus de ratification de la décision les autorisant à s'endetter en commun.

Cette étape a permis à la Commission de lancer son opération sur les marchés pour commencer à financer les 672 milliards d'euros de subventions et prêts aux pays membres, qui représentent la plus grosse part du plan "NextGenerationEU" d'un total de 750 milliards sur plusieurs années.

L'opération "a suscité un très fort intérêt auprès d'un large panel d'investisseurs", la demande pour les obligations européennes a été sept fois supérieure à l'offre, permettant d'obtenir un tarif attractif, a expliqué Mme von der Leyen.

La Commission va payer "moins de 0,1% d'intérêts" sur ces obligations, a-t-elle précisé.

D'ici à la fin de l'année, Bruxelles prévoit d'émettre un total de 100 milliards d'euros d'obligations.

 

Solidarité européenne

La Commission avait annoncé début juin qu'elle tablait sur "des volumes moyens d'emprunt d'environ 150 milliards d'euros par an entre mi-2021 et 2026 qui feront de l'UE l'un des plus gros émetteurs en euros".

Le recours commun à l'emprunt est un mécanisme inédit qui incarne la solidarité européenne face à la crise du Covid-19. Il avait été décidé en juillet 2020 après de difficiles négociations pour surmonter l'hostilité de plusieurs pays dits "frugaux", menés par les Pays-Bas, qui s'inquiètent de devoir financer les dépenses de pays du sud de l'Europe, selon eux moins vertueux.

L'argent emprunté doit faciliter la modernisation de l'économie européenne pour renforcer l'écologie et le numérique. Concrètement, il doit financer la rénovation thermique de bâtiments, des projets ferroviaires, des bornes de recharge pour véhicules électriques, des réseaux de télécommunications à haut débit ou encore des infrastructures de stockage des données.

Les pays de l'UE ont commencé à déposer fin avril à Bruxelles des plans nationaux d'investissements associés à des réformes structurelles, afin de décrocher ces financements.

L'Espagne et l'Italie devraient être les principaux bénéficiaires avec près de 70 milliards d'euros chacune, devant la France (près de 40 milliards).

Ursula von der Leyen est attendue mercredi à Lisbonne puis à Madrid où elle devrait annoncer le feu vert de Bruxelles aux premiers plans nationaux qui vont profiter de la manne européenne. La validation définitive sera prononcée, dans un délai maximal d'un mois, par le Conseil de l'UE qui représente les 27 Etats membres.

La Commission dispose de deux mois pour analyser chaque projet et formuler sa recommandation au Conseil. Elle a déjà achevé l'évaluation de plusieurs plans nationaux, a annoncé mardi Mme von der Leyen, laissant entendre que celle-ci était positive.

Outre le Portugal et l'Espagne, la responsable a prévu de se rendre cette semaine en Grèce, au Danemark et au Luxembourg. "D'autres déplacements suivront ces prochaines semaines", a-t-elle précisé.

Les premiers versements sont prévus en juillet prochain. Il s'agira de préfinancements représentant 13% des subventions totales. Les déboursements s'étaleront sur plusieurs années.

 

AFP

Partager cet article

En lien avec l'article