12.04
09:47

"Nous voulons un Européen ou une Européenne sur la Lune avant 2030"

60 ans après le premier vol habité dans l’espace par le Soviétique Youri Gagarine et alors que l’Agence spatiale européenne (ESA) cherche ses futurs astronautes, la Matinale se pose la question des ambitions spatiales européennes avec deux invités,

Didier Schmitt, responsable de la stratégie et de la politique en matière d’exploration robotique et humaine à l’Agence spatiale européenne. 

Par skype : Christophe Grudler, député européen, Renew Europe et VP de l'intergroupe Sky & Space au Parlement européen. Spécialiste en affaires spatiales européennes. Il a négocié en décembre 2020 l'accord spatial européen pour les 6 prochaines années, 14,8 milliards d'€.

Recherche de candidats

Didier Schmitt espère avoir le plus de candidats possibles. "Il faut que les jeunes femmes et les jeunes hommes n’hésitent pas."  Une candidature qui requiert quelques conditions. Tel que le besoin d’un master ou au minimum trois années d’expérience. Les candidats doivent avoir "un certificat médical d’aptitude de pilote privé," insiste Didier Schmitt. Mais attention car le nombre de places tourne aux environs de cinq, six astronautes professionnels, aux bonnes conditions physiques. Cette sélection se terminera en septembre 2022.

Cependant, deux autres projets pourraient voir le jour. Le recrutement d’une vingtaine d’astronautes de réserve "parce qu’on pense qu’il y a des opportunités qui pourraient venir avec des Etats membres qui pourraient payer, dans ce cas, un vol. Evidemment de plus courte durée," nous confie Didier Schmitt. Mais également, la sélection d’astronautes qui auraient des déficiences ou des handicaps physiques. Une nouvelle mondiale. Cependant, ce ne sont, pour l'instant, que des projets.

Qu’est-ce qui pousse les gens à investir autant pour une conquête spatiale ?

"Ça correspond à deux ambitions très fortes de l’Union Européenne. La première, c’est ce qu’on appelle l’autonomie stratégique, et la deuxième, c’est pousser la recherche et l’innovation. Le domaine de lEespace, c’est le nouveau domaine à explorer dans lequel il y a beaucoup de choses à faire en recherche et innovation," explique Christophe Grudler.

Premier européen sur Mars ?

"Oui, on se positionne aujourd’hui, avec les Américains, pour avoir un Européen ou une Européenne sur la Lune avant la fin de la décennie," explique Didier Schmitt.

Partager cet article

En lien avec l'article