04.03.21
17:53

La série "En Thérapie" racontée par sa productrice Yaël Fogiel

"En Thérapie", c'est 23 millions de vues et 35 épisodes, réalisés par Olivier Nakache et Eric Toledano et adaptés de la série israélienne BeTipul sortie en 2005. 35 séances chez le psychanalyste qui racontent la vie de 5 personnages bouleversés au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, mais aussi d’une société en mal de repères. Comme un écho à ce que l’on traverse actuellement.

Yael Fogiel, productrice de la série à succès disponible gratuitement sur Arte, nous livre dans son interview les plus grands secrets d’un huis-clos subtilement réussi.

 

L’ultime secret de fabrication

"Le premier secret de fabrication dans cette série, c’est le travail collectif, c’est-à-dire qu’avec mon associée Laetitia Gonzales, nous avons réuni notre société de production des Films du Poisson avec le duo Toledano – Nakache. Il y a donc eu cette première rencontre entre nous quatre, qui a ensuite continué avec l’auteur de la série israélienne originale Hagai Levi, qui nous a transmis un savoir-faire en nous expliquant comment il avait travaillé, afin qu’on puisse aussi prendre la formule proposée. Et nous l’avons suivie," nous confie la productrice.

 

Un casting réussi

"La réalisation du casting était aussi un travail collectif entre les réalisateurs et nous, on a beaucoup discuté ensemble des choix des comédiens, jusqu’à arriver au choix qu’on voit aujourd’hui". Carole Bouquet, Mélanie Thierry ou encore Pio Marmaï, tous incarnent leur rôle à la perfection, laissant le spectateur s’identifier à l’un d’eux.

 

Une société en état de choc

Difficile de ne pas être tenté de faire le parallèle entre ce contexte social et politique que sont les attentats de 2015 et la période que nous traversons actuellement. Tous deux expriment un mal-être, un état de choc. "En ce sens, la série est vite devenue un phénomène plus qu’un coup de cœur ou une réussite subite. Tout cela fait écho aux sentiments qu’on a aujourd’hui, à l’isolement, à l’éloignement et à la froideur dans laquelle on doit vivre mais dont on a besoin de sortir et donc de s’exprimer, de parler," souligne Yaël.

 

Une deuxième saison déjà annoncée

Ce mal-être que nous vivons actuellement fera-t-il l’objet du contexte de la deuxième saison de la série? "Ca nous semble intéressant, voire évident ,d’essayer de parler de ce traumatisme actuel qu’on vit. On est en train d’y réfléchir car on ne veut pas faire ça à la légère. Il faut penser à ce qu’on veut faire exactement. Est-ce qu’on veut vraiment creuser le traumatisme qu’on vit ou est-ce qu’on reste sur quelque chose de plus fictionnel… Ce sont des questions sur lesquelles on travaille en ce moment. Il est vrai que ça semble être un terrain riche et qui peut coller avec le cabinet du psy."

 

Retrouvez l’émission en intégralité ici.

Partager cet article

En lien avec l'article