17.01.21
12:55

"Les petits indépendants se noient, nous voulons moins d'impôts", le PTB présente ses vœux

Comme plusieurs autres partis, le PTB a présenté ses vœux ce dimanche. 

Voici une partie du discours qu'a tenu Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB:

 

Le plus grand mensonge de 2020 est sans doute de prétendre que le virus est démocratique et qu'il touche tout le monde de la même manière. La réalité, c’est que les riches se sont enrichis et que les pauvres se sont encore appauvris. Disons-le clairement : ce virus est un virus de classe.

D'un côté, vous avez les géants de l’e-commerce. Ce sont les grands gagnants de cette crise. Leurs bénéfices explosent.

De l'autre, vous avez ces chauffeurs dans leurs camionnettes blanches. Les travailleurs qui préparent les commandes. Ceux qui triment dans de gigantesques centres de distribution. Ce sont des gens qui parcourent 20 kilomètres par jour, traitent 225 paquets par heure, pour un salaire horaire d'à peine 10 euros brut. Des gens de toutes les nationalités, qui logent dans des conteneurs résidentiels, dans des campings, où ils déboursent 400 euros pour un matelas d’une personne. C'est de l'esclavage moderne. Purement et simplement.

Jeff Bezos, le propriétaire d'Amazon, est un des hommes les plus riches du monde. En pleine crise du coronavirus, il a vu sa fortune gonfler encore de 78 milliards de dollars. Alors que ceux qui préparent les commandes gagnent trois fois rien. Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que les travailleurs d’Amazon soient descendus dans les rues du monde entier, en France, en Allemagne, en Pologne mais aussi en Inde ou au Bangladesh.

 

Les banques doivent aider les petits indépendants, pas les mettre sous pression

Avec le PTB, nous voulons monter au créneau pour défendre les petits indépendants. Parce que les salons de coiffure sont fermés, les forains se noient, le secteur culturel est complètement dévasté et la moitié des cafés sont menacés de faillite. Et que font les banques ? Elles mettent sous pression les petits indépendants qui ont le plus difficile pour

l’instant. C’est pourquoi le PTB demande la possibilité de report de tous les crédits bancaires sans conditions. Nous voulons davantage de soutien et moins d'impôts pour les petits indépendants. Dans la commune où nous sommes en coalition à Zelzate, c’est d’ailleurs le choix que nous faisons. Il faut éviter qu’une nouvelle fois cette crise du capitalisme soit l’occasion à ce que les plus grands acteurs mangent les plus petits.

 

LN24

Partager cet article

En lien avec l'article