12.01.21
09:58

"Ce sont tous les Bruxellois qui vont être sanctionnés par ce plan de relance"

Bruxelles doit se contenter "des miettes" du plan de relance, selon David Leisterh, président du MR bruxellois. Or, "si Bruxelles va bien, ce sont toutes les autres régions qui iront bien. C'est le poumon économique du pays. Vouloir délaisser Bruxelles, c'est faire mal à l'ensemble du pays."

Un accord sur le plan de relance a été trouvé hier entre le fédéral, les Communautés et les Régions sur le Plan de relance. La Belgique va recevoir près de 6 milliards d'euros de l'Union européenne pour financer sa relance. Les différents niveaux de pouvoir devaient s'accorder sur la répartition de cette somme, c'est donc chose faite.

Voilà comment l'aide européenne sera divisée.

1,25 milliard pour le fédéral.

2,25 milliards pour la Flandre.

1,48 milliard pour la Wallonie.

Beaucoup moins pour Bruxelles, qui recevra 395 millions.

La Fédération Wallonie-Bruxelles, elle, obtiendra 495 millions.

Et puis enfin, 50 millions pour la Communauté germanophone.

Cet accord n'est qu'une première étape. Cette ébauche de répartition doit être remise à la Commission européenne d'ici la fin du mois de janvier. Qui doit, à son tour, vérifier que ce plan s'inscrit bien dans les critères et les priorités convenus, notamment les transitions climatiques et numériques.

Le gouvernement bruxellois espérait un peu plus. Ce qui a provoqué la stupeur dans les rangs du gouvernement Vervoort mais aussi dans l'opposition. Notamment de la part de David Leisterh, président de l'antenne bruxelloise du MR, qui répond aux questions d'Anne-Sophie Depauw. 

Partager cet article