06.01.21
09:57

2020, année la plus sombre du secteur automobile depuis près de 25 ans

Le secteur de l’automobile a sérieusement bu la tasse en 2020. Explications avec Philippe Lawson dans le "fait éco" du jour.  

D’après la Febiac (la Fédération belge de l’automobile et du cycle), le secteur a connu sa pire année depuis 1997. Les ventes de véhicules neufs ont drastiquement chuté l’an dernier par rapport à 2019. 

D’abord, le secteur de l’automobile n’est pas à la fête en ce début d’année. Il aurait dû organiser la semaine prochaine la 99e édition du salon de l’auto au Heysel à Bruxelles et drainé des milliers de visiteurs, pendant 10 jours, du 15 au 24 janvier à la recherche de bonnes occasions. Mais ce ne sera pas le cas. Coronavirus oblige, la grande exposition a été reportée d’un an.

Quant au bilan des ventes, il est catastrophique. On a dénombré environ 550.000 nouvelles immatriculations en 2019. En 2020, il y en a eu près de 120.000 en mois, soit une baisse des nouvelles immatriculations de près de 22% par rapport à 2019. La vente de véhicules d’occasions a chuté de 6%.

C’est principalement la crise sanitaire qui a ralenti l’activité du secteur. Il y a eu le premier lockdown en mars avec la fermeture des boutiques et des showrooms des concessionnaires. Des usines ont été mises à l’arrêt en Europe et les structures de livraison n’ont pas pu fonctionner non plus. Et quand les autorités ont desserré l’étau, les consommateurs n’ont pas afflué chez les concessionnaires à cause du manque de perspectives.

Le secteur fait preuve d’imagination. Même s’il n’a pas pu organiser le salon de l’auto, il a répondu à l’appel de la Febiac qui a demandé aux importateurs de garder janvier comme le mois de l’automobile. Résultat, les conditions salon fleurissent partout avec des conditions de financement favorables, des ristournes pouvant aller jusqu’à 20% et des équipements supplémentaires pour appâter le client.

 

Partager cet article