03.10.20
08:31

Un impôt sur les fortunes au menu de la Vivaldi

Ce samedi, Egbert Lachaert et Paul Magnette en ont dit plus sur cette "contribution" prévue dans l'accord Vivaldi.

Dans une interview accordée au Soir, le président du PS, Paul Magnette a expliqué qu'"il y aura une contribution imposée aux plus hauts patrimoines."

Dans l'accord de gouvernement, on peut lire : "le gouvernement demandera une contribution équitable aux individus qui ont la plus grande capacité contributive, dans le respect de l'entrepreneuriat. Cette contribution s’inscrira dans le cadre des efforts requis dans le contexte sanitaire actuel et des besoins en soins de santé. Une proposition sera introduite lors du prochain contrôle budgétaire."

Le cadre de cette contribution doit donc encore être finalisé mais elle viserait "les gens qui ont plus d’un million d’euros de patrimoine mobilier", selon Paul Magnette. 

Le président de l’Open Vld, Egbert Lachaert a lui aussi évoqué le sujet dans les colonnes du Tijd. Il exclut pour sa part tout impôt sur les plus-values.

"Un impôt sur les plus-values est exclu et ce ne sera pas une taxe qui rapporte des milliards. Ce sera plutôt 200 millions d’euros. Nous ne visons pas celui qui travaille, entreprend ou a un peu épargné, mais les ‘happy few’ qui disposent d’une grande fortune. Nous voulons concrétiser cela assez vite. La barre a été fixée à un million d’euros en placements mais ce n’est pas parce qu’on possède une maison ou des actions d'une PME familiale d’une valeur d’un million d'euros que l’on sera imposé. Nous regardons plutôt les placements en millions d’euros. En cette période de crise corona, nous allons leur demander de faire un effort symbolique." 

Egbert Lachaert annonce toutefois que l’idée n’est pas de créer un cadastre du patrimoine. "Nous allons donc devoir trouver des solutions pour que l’argent soit imposé à la source, par exemple lorsqu’une transaction est effectuée."

Secret bancaire

Le président du PS a également évoqué une levée du secret bancaire. 

"Tous les comptes bancaires sont enregistrés à la Banque nationale mais jusqu’ici, un inspecteur des finances ne pouvait jamais avoir accès au solde. Il savait que Monsieur X avait un compte bancaire, mais il ne savait pas combien il y avait dessus. Cette fois, il saura".

 

 

 

 

 

Partager cet article

En lien avec l'article