Anna Zvereva
06.08
08:31

Lufthansa: perte nette de 3,6 milliards d'euros en six mois avec l'impact de la pandémie

Le premier groupe européen du transport aérien Lufthansa, sauvé de la faillite par l'Etat allemand, s'attend à une année largement dans le rouge en raison de la pandémie de Covid-19 et juge désormais irréaliste de réaliser les 22.000 suppressions d'emplois sans licenciements.

L'entreprise, qui a vu le nombre de passagers fondre de 96% sur un an pour la période d'avril à juin, a publié jeudi une perte nette de 3,6 milliards d'euros au premier semestre, dont 1,5 milliard au deuxième trimestre, alors que le Covid-19 a mis à l'arrêt quasi total le transport aérien mondial.

Avec 1,5 milliard d'euros, la division de maintenance d'avions et la branche cargo ont presque, à eux seuls, réalisé l'intégralité du chiffre d'affaires au deuxième trimestre, qui a fondu de 80% à 1,9 milliard au total. Sur les six premiers mois, il a chuté de 52%.

La compagnie, dont l'Etat allemand est devenu le premier actionnaire dans le cadre d'un plan de sauvetage de 9 milliards d'euros, compte supprimer 22.000 emplois équivalent plein temps par le biais d'un vaste programme d'économies visant à augmenter de 15% la productivité. La flotte, de 760 avions actuellement, sera réduite de plus d'une centaine d'appareils, le directoire sera rétréci et 20% des postes de cadres seront supprimés.

"Etant données l'évolution du marché du transport aérien et des négociations avec les partenaires sociaux sur des accords de crise", l'objectif affiché d'éviter des licenciements grâce à des retraites anticipées, départs volontaires, plus de temps partiel ou des réductions de salaires "est devenu irréaliste également en Allemagne", explique la compagnie dans un communiqué, précisant que 8.000 salariés ont déjà quitté le groupe, principalement dans d'autres pays.

Pour le reste de l'année, Lufthansa prévoit un résultat d'exploitation "clairement" négatif, malgré l'augmentation de son offre. Comparé au niveau d'avant la crise, le groupe veut proposer au quatrième trimestre 55% de son offre de court et moyen courrier et 50% des long courriers, contre 20% en moyenne en juillet.

"Nous vivons une césure pour le transport aérien mondial" a commenté le patron Carsten Spohr, qui ne s'attend pas "avant 2024" à un retour du trafic au niveau précédant la pandémie.

Depuis fin juin, la moitié de ses avions, quasiment tous cloués au sol au plus fort de la pandémie, sont de retour dans les airs.

Entre fin mars et fin juin, Lufthansa a vu s'évaporer 1,4 milliard d'euros en liquidités, principalement grâce à des remboursements aux clients, qui ont atteint le niveau inédit de 2 milliards d'euros au total depuis le début de l'année.

Les actionnaires de Lufthansa avaient approuvé finalement le 25 juin le plan de sauvetage négocié des semaines durant entre la direction, l'Etat allemand et la Commission européenne. 

Alors que 2,8 milliards d'euros restaient dans les comptes le 30 juin, depuis début juillet, le groupe a ainsi obtenu 2,3 milliards d'euros de liquidités: 300 millions par la montée de l'Etat au capital à hauteur de 20%, un milliard de prêt garanti et un milliard de fonds publics sans droit de vote.

 

AFP

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article