17.07
06:50

Brésil: 20% des exportations vers l'UE issues de terres déboisées illégalement

Un cinquième des exportations brésiliennes de soja et de viande bovine vers l'Union européenne (UE) provient de terres déboisées illégalement, révèle une étude publiée jeudi par la revue américaine Science.

 Intitulée "Les pommes pourries de l'agro-business brésilien", cette étude est rendue publique dans un contexte de fortes réticences en Europe concernant la ratification de l'accord de libre-échange signé entre l'UE et les quatre pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay), à cause de l'avancée de la déforestation amazonienne depuis l'arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro au Brésil. 

L'étude a été réalisée par douze chercheurs au Brésil, en Allemagne et aux Etats-Unis, à l'aide d'un puissant logiciel qui a permis d'analyser 815.000 propriétés rurales et d'identifier des zones de déforestation illégale, surtout en Amazonie et dans le Cerrado, la grande savane du centre du pays. 

"Entre 18 et 22% -possiblement davantage- des exportations annuelles du Brésil vers l'UE sont le fruit de la déforestation illégale", affirme Raoni Rajão, responsable du projet et professeur de l'Université fédérale de Minas Gerais (UFMG).

Près de deux millions de tonnes de soja issues de propriétés où il y a eu de la déforestation illégale arriveraient en Europe chaque année, indique l'étude.

Les producteurs de soja ont rejeté ces allégations, rappelant un moratoire de 2006 qui interdit l'achat de soja aux agriculteurs qui l'auraient cultivé sur des zones déboisées d'Amazonie.

"Le soja produit dans les zones déboisées illégalement (...) n'entre pas dans la chaîne productive du secteur", et ne peut donc pas être exporté, a assuré dans un communiqué l'Abiove (Association brésilienne des industries des huiles végétales).  

Pour ce qui est de la viande bovine, les auteurs ont trouvé que sur les 4,1 millions de têtes de bétail abattues par an, au moins 500.000 proviendraient de terres déboisées hors du cadre légal.

Les auteurs relèvent cependant que "près de 80% des agriculteurs brésiliens respectent le code forestier" et que le nouveau logiciel pourrait aider à "prendre des mesures rapides et décisives contre les contrevenants". 

Le Brésil a la capacité pour "devenir une puissance environnementale mondiale qui protège ses écosystèmes, en même temps qu'elle alimente le monde", soulignent les auteurs. 

Le pays "en a déjà les moyens, il ne manque que la volonté politique", ajoutent-ils. 

"Les jungles au Brésil se trouvent à un point de rupture", prévient le professeur Britaldo Soares-Filho, co-auteur et également chercheur à l'UFMG. 

M. Soares attribue cette menace à "l'impact des signaux politiques encourageant la déforestation et le fait d'accaparer les terres", en référence au soutien du président d'extrême droite aux projets qui visent à ouvrir les territoires indigènes et des réserves naturelles protégées aux activités minières ou agricoles -- celles qui favorisent le plus le déboisement. 

Selon les chiffres officiels, la déforestation de l'Amazonie brésilienne a atteint un record avec une accélération de 25% au cours du premier semestre par rapport à la même période de 2019.

L'étude "pointe du doigt la responsabilité de tous les marchés étrangers dans ce processus". 

AFP

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article