08.06
15:03

"Ni la politique ni la science ne peuvent être parfaites"

Il y a un mois, LN24 diffusait le premier épisode de sa série de podcasts natifs "C'était mieux demain". Des regards différents et des personnalités reconnues dans leur domaine respectif, pour nous parler confinement, déconfinement et "monde de demain". Ce lundi 08 juin, la Belgique reprend une vie presque normale et "C'était mieux demain" signe son dernier épisode.

"Penser l'histoire quand on est nez à nez avec ce qui est en train de se passer sous nos yeux, c'est très difficile. C'est malheureusement avec le recul qu'on sait s'il y a eu un déclenchement de quelque chose de positif ou qu'on a perdu une chance," souligne Caroline Pauwels, rectrice de la Vrije Universiteit Brussel depuis 2016, lorsque nous la rencontrons sur sa terrasse ombragée en fin de confinement. "J'ai toujours cet espoir que l'on prenne le temps de réfléchir mais je ne peux pas encore être rassurée là-dessus parce que je ne sais pas quelle sera la masse critique. Pour moi, ça dépendra des réponses qu'on fournira et de combien de personnes voudront le changement."

Un podcast à écouter ci-dessous ou sur la plateforme de votre choix

"Quand on a une action politique, c'est comme dans un flipper. Il y a des lumières qui s'allument partout, on ne peut pas tout prévoir," rappelle Caroline Pauwels. "Penser que les scientifiques allaient donner toute les réponses, c’était impossible. On ne peut pas attendre des réponses parfaites à des problèmes complexes. La politique n'est pas parfaite, la science ne peut pas être parfaite non plus. On ne peut pas attendre des réponses claires à des choses incertaines."

 

L'enseignement a été en première ligne pendant ces mois de confinement et les universités ont été obligées de s'adapter rapidement. Dans la douleur parfois, et si chacun aspire à se retrouver "en vrai" dans les auditoires, "l'avantage, c'est qu'il a fallu le faire. Et il faut aussi oser reconnaître ce qui est bon dans le digital." 

 

Après la culture, le droit, le journalisme, l'économie, la philosophie et le sport, c'est une vision depuis le monde de l'enseignement qui nous invite à la réflexion, en guise de conclusion nourrie au futur. Certes incertain "mais on ne doit pas pour autant vivre dans la peur."

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article