25.05
15:00

États-Unis: le secteur du nettoyage attend impatiemment la réouverture des entreprises

Le secteur du nettoyage, s'attend à voir son activité bondir d'un tiers par rapport à son niveau d'avant la pandémie. Parmi les solutions d'assainissement: le nettoyage à la lumière ultraviolette.

Tables, chaises, comptoirs, rayons: pour accueillir de nouveau leurs clients, les commerces et restaurants devront assurer une hygiène parfaite, et les entreprises de nettoyage aux Etats-Unis se préparent à une explosion de la demande avec la réouverture rapide voulue par Donald Trump.

"Pour chaque bâtiment qui rouvre, la demande est plus élevée que ce qu'elle était avant le Covid", a indiqué à l'AFP Josh Feinberg, président de la Cleaning Coalition of America, créée fin avril face à la pandémie par sept entreprises du secteur.

Dans le monde d'après, le nettoyage des lieux publics sera une affaire sérieuse. Exit le simple ménage quotidien, il va falloir frotter, plusieurs fois par jour, minutieusement désinfecter, éliminer les germes.

"Nous nettoyons beaucoup plus fréquemment" et plus profondément "au lieu de seulement retirer la saleté", poursuit Josh Feinberg.

Les hôpitaux, maisons de retraite, écoles, crèches, veulent éviter les contaminations. Les bars, restaurants, boutiques, salons de coiffure devront inspirer de nouveau confiance à leur clientèle.

Robert Albrecht dirige une petite société à Havre de Grace, dans le Maryland, et fournit notamment aux professionnels une méthodologie de nettoyage.

Il explique que le patron d'une petite pizzeria lui a demandé de mettre en place un protocole de désinfection en vue de la réouverture car "il va devoir regagner la confiance des clients pour revenir s'asseoir et manger, plutôt que d'acheter une pizza et partir".

Bureaux et aéroports vides 

Le secteur du nettoyage, qui emploie un million de personnes aux Etats-Unis, s'attend à voir son activité bondir d'un tiers par rapport à son niveau d'avant la pandémie.

Le président Donald Trump, qui brigue un second mandat à la Maison Blanche, a hâte de voir l'activité économique repartir dans le pays et retrouver sa bonne santé, à moins de six mois de l'élection présidentielle.

Certains des 50 Etats qui composent le pays permettent de nouveau aux restaurants et commerces de lever leur rideau, à l'instar du Texas ou de la Géorgie, sous réserve de mesures strictes de distanciation sociale.

Cette explosion de la demande pour le secteur du nettoyage arrive juste après une chute drastique liée aux mesures de confinement qui ont vidé des millions de mètres carrés de bureaux, aéroports et centres commerciaux.

Anticipant ce rebond, et pour ne pas couler, les entreprises ont tout fait pour garder leurs employés, et aller chercher ailleurs les contrats perdus.

Elles avaient alors formé en urgence leurs salariés à nettoyer et désinfecter une chambre d'hôpital, des rayons de supermarché ou un entrepôt logistique, tous ces lieux restés ouverts car indispensables et qu'il fallait nettoyer avec bien plus de précautions qu'auparavant.

Cela n'avait toutefois pas permis de compenser la chute, et l'activité a reculé de 40%.

Bus scolaire 

"Vous pouvez imaginer que si vous passez d'un immeuble de bureaux à un aéroport, ou d'un aéroport à un hôpital, c'est très différent", note Josh Feinberg.

A Boston par exemple, où l'aéroport est devenu quasi-désert depuis que la plupart des avions sont cloués au sol, des agents d'entretien ont changé de casquette et "préparent maintenant des repas pour le personnel des hôpitaux de la région", a-t-il expliqué.

La société de Robert Albrecht, Infection Prevention Systems, a également vu son activité complètement chamboulée avec le confinement: la formation, qui représentait la moitié de ses revenus, a disparu, au profit du nettoyage et de la désinfection.

"Nous sommes extrêmement occupés, mais pas dans le domaine dans lequel nous voulons être", a-t-il expliqué.

Ses appareils de désinfection à rayons UV rencontrent notamment un franc succès. Avec des secteurs d'activité nouveaux, comme les maisons de retraite, "45% de notre activité" contre zéro il y a quelques mois.

Il a aussi nettoyé les fameux bus scolaires américains jaunes, et donné quelques conseils à des ambulanciers pour désinfecter les véhicules ayant transporté des patients atteints du Covid-19.

Mais il compte sur la réouverture de l'économie pour vendre de nouveau ses formations. Il a réalisé il y a quelques jours la première depuis le début de la pandémie.

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article