31.03
16:14

Proximus lance la 5G dès mercredi dans plus de 30 communes du pays

Les vitesses Internet pourraient être jusqu'à 30% plus rapides.

L’entreprise s’engage à construire “le meilleur réseau Gigabit de Belgique”, en accélérant fortement le déploiement de la fibre et de la 5G.

Pour parvenir à lancer cette dernière, dans une version “light”, Proximus utilisera les bandes de fréquences qu’elle détient actuellement, déployées sur les antennes existantes et dans le respect des normes d’exposition aux champs électromagnétiques en vigueur, précise-t-on.

Aucun spectre n’a cependant encore été mis aux enchères pour la 5G, aucune nouvelle norme de rayonnement n’a été fixée et l’opérateur n’a pas installé de nouvelles antennes.
Mais, avec l’infrastructure existante, il prétend pouvoir offrir la 5G à des vitesses allant jusqu’à 30% au-dessus de la 4,5G. “Mais cela continuera à évoluer. Cela ne remplace pas la nécessité d’un déploiement du spectre”, glisse-t-on chez Proximus.

Déploiement de la fibre

Proximus va également accélérer son programme de déploiement de la fibre. Il vise désormais à raccorder 800.000 foyers additionnels par rapport à son plan initial d’ici 2025, et même 1 million d’ici 2026. Ce qui permettra d’avoir un total de 2,4 millions de foyers disposant de cette technologie d’ici 2025, au lieu de 2030.

Second pilier, l’entreprise va transformer structurellement son modèle opératoire pour améliorer “radicalement” son efficacité et devenir leader en satisfaction et recommandation client. Elle veut pouvoir être plus agile et vraiment adaptée au monde digital. La société vise dès lors à devenir un opérateur ‘legacy-free’ en matière IT d’ici 2025. Une ambition qui ira de pair avec une transformation radicale des compétences, prévient-elle.

Renouer avec une croissance rentable d’ici 2022 constitue le 3e pilier de la stratégie 2022. Cela grâce à une augmentation continue de la base clients, au leadership de l’opérateur dans les réseaux, à des partenariats stratégiques (notamment avec Brussels Airport pour une couverture 5G intérieure dans les zones passagers) et à la création d’écosystèmes digitaux locaux et pertinents (dont le test des applications 5G dans le secteur des médias avec la VRT).

Enfin, Proximus souhaite ancrer la durabilité et l’inclusion digitale au cœur de ses activités. Pour ce 4e pilier, la société rappelle sa volonté de devenir une entreprise nette positive et véritablement circulaire à l’horizon 2030. Elle entend également favoriser l’éducation digitale alternative, rendre le digital accessible à tous et continuer à améliorer la connectivité dans les zones rurales et blanches, énumère-t-elle.

Impact du Covid-19

Sur le plan financier, le Covid-19 aura cependant plusieurs impacts sur les activités de Proximus, malgré les mesures adoptées pour en atténuer l’ampleur, prévient l’opérateur. “Un certain effet négatif” est ainsi attendu sur l’ebitda, qui sera compensé en grande partie par un niveau des dépenses en matière d’investissements (capex) revu à la baisse. L’ebitda-capex pour 2020 devrait donc se situer entre 780 et 800 millions d’euros, selon ses perspectives.

Cette augmentation significative des besoins de financement entre 2020 et 2025 sera financée par une augmentation de la dette totale de Proximus à concurrence de 600 millions d’euros, la vente de divers actifs (notamment immobiliers) pour une recette totale pouvant atteindre 700 millions d’euros et diverses pistes de partenariats stratégiques de coinvestissement afin d’optimiser le déploiement de la fibre.

Partager cet article

Contenu sponsorisé

En lien avec l'article