08.01.24
16:25

La vague de froid descend sur l'Europe centrale et orientale

La vague de froid qui a gelé les pays nordiques ces derniers jours a touché à leur tour ceux de l'Europe centrale et orientale lundi, causant notamment des coupures d'électricité et des problèmes de transport en Pologne.

L'institut météorologique polonais, qui a fait état de températures d'ores et déjà très basses de moins 23 degrés Celsius dans le nord-est du pays, a lancé une alerte grand froid pour la plus grande partie du territoire, où le mercure devrait encore plonger cette semaine.

Dans le nord-est, 2.200 foyers étaient privés d'électricité lundi, et le fonctionnement des transports scolaires a été suspendu. 

"Il y a eu des problèmes dus au froid", a expliqué le porte-parole de l'administration régionale Krzysztof Guzek à l'agence de presse polonaise PAP.

En Lettonie, au nord-est, le mercure est descendu à moins 29.5 degrés Celsius lundi à Daugavpils, la seconde ville du pays.

Plus au sud, en Hongrie, le service météo national a prévu des températures descendant à moins 12 degrés Celsius à la fin de la semaine, accompagnées de forts vents atteignant 90 km/h.

Des rafales allant jusqu'à 100 km/h ont déjà causé des dommages dans certaines parties du pays le weekend passé, arrachant des toits et des arbres et causant des coupures de routes et d'électricité.

Vols déroutés 

En Moldavie, petit pays situé entre Ukraine et Roumanie, environ 22.000 foyers étaient privés d'électricité lundi, et la vague de froid a entraîné des annulations et le retardement de vols à l'aéroport de Chisinau, la capitale.

Les transports en commun ont également été arrêtés dans la ville, où les écoles ont été fermées jusqu'à jeudi.

En Roumanie, les chutes de neige ont contraint à dérouter deux vols attendus à l'aéroport d'Iasi, et des routes nationales ont été fermées dans les régions de l'est du pays.

Les services météorologiques allemands ont quant à eux prévu que les températures tomberaient par endroits à moins 15 degrés Celsius dans la nuit, mais ont souligné que cela n'avait à ce stade rien d'"inhabituel" en janvier.

"Ce qui a été anormal, c'est la chaleur du début de ce mois de janvier", a dit un porte-parole, Andreas Walter, à l'AFP, rappelant qu'une température de plus 17 degrés Celsius avait même été enregistrée à Francfort.

"Les mois de janvier ont été vraiment trop chauds entre 2018 et 2023, comparé à la période de référence 1961-90", a-t-il ajouté.

Partager cet article