Alexxx1979?, licence creative commons
08.01.24
09:35

La Russie évacue plusieurs centaines d'habitants de Belgorod face aux frappes ukrainiennes

La Russie a annoncé lundi avoir évacué plusieurs centaines d'habitants de Belgorod, une première en près de deux ans de conflit pour cette grande ville située proche de l'Ukraine et cible dernièrement d'une intensification des tirs des forces de Kiev.

"Environ 300 habitants de Belgorod, qui ont décidé d'être évacués temporairement, sont maintenant hébergés dans des centres d'accueil à Stary Oskol, Goubkine et dans le district de Korotchansky", plus éloignés de la frontière, a déclaré le gouverneur régional Viatcheslav Gladkov dans une vidéo publiée sur Telegram.

Vendredi, le responsable avait proposé aux habitants le souhaitant d'évacuer la ville de Belgorod, visée par des bombardements ukrainiens qui s'intensifient.

Cette mesure inédite pour une grande ville en Russie s'inscrit en porte-à-faux par rapport aux efforts du Kremlin qui s'est toujours efforcé de donner l'image, depuis près de deux ans d'assaut en Ukraine, que le conflit n'affectait pas directement le quotidien et la sécurité des Russes.

Cette stratégie a toutefois volé en éclat le 30 décembre quand 25 personnes ont perdu la vie à Belgorod dans une attaque ukrainienne, le bilan civil le plus meurtrier sur le sol russe depuis le début de l'offensive de Moscou chez son voisin le 24 février 2022.

Dans la foulée, Vladimir Poutine a juré en représailles vouloir "intensifier" les frappes contre l'Ukraine, à un peu plus de deux mois de l'élection présidentielle dans laquelle sa réelection ne fait aucun doute.

Selon M. Gladkov lundi, "au cours des 24 dernières heures", les autorités régionales ont également "reçu 1.300 demandes pour envoyer des enfants de Belgorod dans des camps scolaires hors de la ville, dans d'autres régions".

Le responsable a ainsi assuré avoir pris contact avec ses homologues des régions de Voronej, Kalouga, Tambov et Iaroslavl pour venir en aide aux autorités régionales. 

"Ils sont tous prêts à nous aider", a-t-il affirmé.

M. Gladkov n'a toutefois pas indiqué si d'autres évacuations volontaires de personnes adultes étaient en cours ou prévues prochainement.

 

Attaques ukrainiennes en hausse 

Or, quand Moscou a frappé massivement plusieurs villes ukrainiennes fin décembre et en début d'année, faisant plusieurs dizaines de morts et de blessés, les forces ukrainiennes ont répliqué à chaque fois, multipliant leurs attaques visant Belgorod.

Lundi, le ministère russe de la Défense a ainsi affirmé avoir "intercepté" à 07H00 (04H00 GMT) un missile aérien S-200 ukrainien "au-dessus de la région de Belgorod".

Dans ce contexte, la mairie de Belgorod avait déjà appelé vendredi les habitants, et ce pour la première fois en deux ans, à sécuriser leurs fenêtres pour "se protéger" d'éventuels éclats de verre face aux frappes ukrainiennes.

Signe d'une inquiétude qui grandit dans cette zone, les autorités régionales avaient également annoncé repousser du 9 au 19 janvier la rentrée scolaire à Belgorod et dans des localités environnantes.

En Ukraine, l'armée ukrainienne dans le sud du pays a elle dit lundi matin avoir "abattu" les 8 drones explosifs de conception iranienne "Shahed" lancés dans la nuit par l'armée russe en direction des régions méridionales d'Odessa et de Mykolaïv.

Dans le nord-est, la police de la région de Kharkiv a de son côté rapporté sur Telegram "des explosions" dans la ville éponyme et plusieurs autres localités.

Un hôpital, des magasins et des entrepôts ont notamment été "endommagés", selon cette source.

Le gouverneur régional, Oleg Synegoubov, a lui annoncé sur Telegram que deux personnes avaient été blessées et une autre se trouvait encore "sous les décombres" à la suite d'une attaque russe sur une maison à Zmiïv, à près de 40 km au sud de Kharkiv.

 

AFP

Partager cet article