06.01.24
15:26

Borrell juge nécessaire de ne pas entraîner le Liban dans un conflit régional

Le chef de la diplomatie de l'Union européenne, Josep Borrell, a déclaré samedi que le Liban ne devrait pas être "entraîné dans un conflit régional", après l'escalade à la frontière israélo-libanaise.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas le 7 octobre, le Hezbollah libanais, un allié du mouvement islamiste palestinien, multiplie les tirs depuis le sud du Liban vers le nord d'Israël ciblant généralement des objectifs militaires près de la frontière. L'armée israélienne riposte par des bombardements.

Ces affrontements font craindre un embrasement régional, surtout après l'élimination du numéro deux du Hamas Saleh al-Arouri tué mardi dans une frappe attribuée à Israël dans la banlieue sud de Beyrouth, un fief du Hezbollah.

Il s'agit de la première frappe depuis le 7 octobre aux abords de la capitale libanaise.

"Il est impératif d'éviter une escalade régionale au Moyen-Orient, il est absolument nécessaire d'éviter que le Liban ne soit entraîné dans un conflit régional", a dit M. Borrell lors d'une conférence de presse à Beyrouth avec le chef de la diplomatie libanaise Abdallah Bouhabib. 

"Je m'adresse également à Israël: personne ne sortira gagnant d'un conflit régional", a-t-il ajouté.

Le Hezbollah, dont le chef Hassan Nasrallah a déclaré vendredi que la frappe de mardi ne "resterait pas sans réponse", a affirmé avoir tiré samedi des dizaines de roquettes vers une base militaire dans le nord d'Israël.

"Je pense que la guerre peut être évitée, qu'elle doit être évitée et que la diplomatie peut l'emporter", a encore dit Josep Borrell.

Plus tôt dans la journée, il a rencontré le Premier ministre libanais Najib Mikati, le commandant de la Force intérimaire de l'ONU au Liban (Finul), le général Aroldo Lazaro Saenz, et le chef du Parlement, Nabih Berri. 

Sa visite s'inscrit dans le cadre d'un effort diplomatique visant à éviter un débordement du conflit entre Israël et le Hamas déclenché par une attaque  d'une ampleur sans précédent sur le sol israélien le 7 octobre, mais aussi à appeler à une solution à la guerre.

"Les voies diplomatiques doivent être ouvertes pour signaler que la guerre n'est pas la seule option, mais qu'elle est la pire", a-t-il martelé.

"(...) Israël a proclamé son objectif d'éradiquer le Hamas. Il doit y avoir un autre moyen d'éradiquer le Hamas qui ne provoquerait pas autant de morts".

Selon un dernier bilan samedi du ministère de la Santé du Hamas, les opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza ont fait 22.722 morts, en majorité des civils, depuis le 7 octobre.

Partager cet article