17.12.23
12:35

Les activistes de Code Rouge délogés de l'aéroport de Liège, environ 70 arrestations recensées

Durant la nuit de samedi à dimanche, la police est intervenue sur le site d'Alibaba et a délogé environ 200 manifestants du collectif Code Rouge, présents pour une action de désobéissance civile. Lors de l'intervention, un militant a eu le bras cassé.

Le mouvement Code Rouge a mené deux actions de désobéissance civile visant l'aviation ce samedi après-midi. L’action s'est déroulée à deux endroits. À Liège, 200 activistes étant entrés dans l'entrepôt Alibaba ont été délogé vers 2h du matin ce dimanche. Plusieurs ont été blessés, selon l'organisation. Mais une centaine de personnes sont toujours présentes sur le site. À Anvers, l'action s'est terminée samedi soir, le trafic des jets privés a été paralysé toute la journée. Au total, 600 activistes ont été arrêtés.

Sur le compte Instagram du mouvement de désobéissance civile “Code Rouge”, on voit des militants bloqués, plaqués au sol ou menottés par des policiers en grand nombre. Sur d’autres comptes, des coups et de la violence envers les militants. L’action de Code Rouge ne s’est pas passée comme prévu. Les forces de l’ordre ont été mises au courant et étaient préparées.

Code Rouge avait l’ambition de bloquer un aéroport de jets privés à Anvers pour dénoncer le secteur de l’aviation et ses conséquences écologiques et sociales. Code Rouge exige, entre autres, la fin des subventions accordées au secteur de l’aviation, une interdiction des jets privés et des transports publics abordables. Le trafic des jets privés a été paralysé malgré l’arrestation de 600 activistes à Anvers. Aucun jet privé n'a décollé à Courtrai et à Anvers ce samedi.

Nous sommes tellement fiers de ces 1200 activistes qui ont mené une action pacifique contre les vols de luxe inutiles en jet privé et contre des subventions injustifiées à l’aviation. Cette action montre qu’il n’est plus toléré que l’aviation puisse se développer et polluer sans la moindre entrave, et que les coûts soient supportés par chacun de nous. Un premier pas en avant est pour nous l’interdiction des vols en jet privé et la fin des subventions au secteur de l’aviation associée à des investissements importants dans le transport public abordable”, déclare Chloé Mikolajczak de Code Rouge.

Un activiste a été emmené à l’hôpital. Edgar Szoc, le président de la Ligue des droits Humains, qui était présent comme observateur légal, a également été arrêté.

“Le droit fondamental à manifester et la liberté d’expression sont directement menacés par ces arrestations”, dénonce Chloé Mikolajczak, porte-parole de Code Rouge. “En nous arrêtant de la sorte, la police se range du côté des grands pollueurs dans leur volonté de nous faire taire”.

A Liège, les activistes ont bloqué le géant chinois de l’e-commerce Alibaba. Samedi soir ils ont pris la décision de prolonger leur action durant la nuit. Sur les 600 activistes présents sur le site, environ 200 ont pu pénétrer dans l’entrepôt du géant de l’e-commerce Alibaba vers 22h "pour l'occuper pacifiquement", relate le mouvement. Ils ont été violemment délogé par la police, rapporte Code rouge ce dimanche matin.

"Environ 150 activistes ont pénétré dans l'entrepôt et endommagé, entre autres, des colis. Il y avait aussi un risque d'intrusion côté espace de l'aéroport, où les avions décollent", justifie dimanche matin la police fédérale. Lors du refoulement, une partie d'entre eux s'est alors attachée. Des dégradations de matériel ont par ailleurs été constatées dans les bureaux d'Alibaba, ce qui a poussé les policiers à procéder à une septantaine d'arrestations judiciaires.

 

Partager cet article