10.12.23
13:00

Manille et Pékin s'accusent d'une collision de navires en mer de Chine méridionale disputée

Des bateaux de ravitaillement civils philippins ont annulé un convoi dimanche en raison de la "surveillance constante" exercée par des navires chinois, a annoncé le groupe Atin Ito, organisateur de l'expédition, en pleine crise entre Manille et Pékin en mer de Chine méridionale.

Les bateaux philippins sont rentrés à El Nido, localité de l'île de Palawan en raison de la "surveillance constante de quatre navires chinois, dont deux navires de la marine, un des garde-côtes et un navire de marchandises", a indiqué Atin Ito, assurant avoir agi "par mesure de précaution" et "en consultation avec les garde-côtes philippins".

Le "convoi de Noël", qui avait quitté Palawan aux premières heures du jour dimanche, était dirigé par des dizaines de volontaires sur deux bateaux transportant de la nourriture, de l'eau et d'autres dons.

Il avait déjà changé de cap après une confrontation entre des navires philippins et chinois plus tôt dans la journée.

Des pêcheurs à bord de 40 bateaux à balancier en bois qui s'étaient joints au convoi retournaient également à terre, a indiqué Emman Hizon, responsable d'Atin Ito.

"Même pour revenir à El Nido, ils sont sous la surveillance de deux (navires) de la marine et un des garde-côtes", selon ce responsable.

Les garde-côtes philippins ont escorté le convoi lors de son passage à travers les disputées îles Spratleys en mer de Chine méridionale, que la Chine revendique presque entièrement.

Les Philippines ont des avant-postes sur neuf récifs et îles dans les Spratleys. Il n'était pas clair jusqu'où le convoi avait pu aller avant de faire demi-tour.

Atin Ito Coalition, - ou coalition "ceci nous appartient" - avait auparavant indiqué que le convoi voulait mettre en lumière les conditions de vie et de travail des pêcheurs et du personnel philippins et défendre les droits territoriaux maritimes du pays.

Le convoi avait initialement prévu de passer par Second Thomas, un atoll des îles Spratleys, sur lequel sont stationnés des soldats philippins sur un bateau militaire échoué, avant de se diriger vers Nanshan, une île contrôlée par les Philippines, où il devait déposer sa cargaison.

Cependant, une collision et une confrontation entre des bateaux chinois et philippins près du récif a dans un premier temps forcé les organisateurs à dérouter le convoi pour aller directement sur Nanshan.

Les garde-côtes de deux pays se sont rejetés la responsabilité de la collision, dernier incident d'une série de confrontations croissantes en mer de Chine méridionale disputée.

Partager cet article