28.11.23
08:50

Mark Rutte bien parti pour prendre la tête de l'Otan

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte semble bien parti pour succéder à Jens Stoltenberg à la tête de l'Otan, en dépit du choc provoqué par la victoire de l'extrême droite aux élections la semaine dernière aux Pays-Bas.

L'actuel secrétaire général de l'Alliance atlantique a encore près d'un an de mandat devant lui. Mais la course à sa succession est déjà lancée à Bruxelles, où débute mardi une réunion des ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l'Otan, qui abordera ce sujet.

"Bon négociateur", "Premier ministre expérimenté" après 13 années à ce poste dans son pays, Mark Rutte, 56 ans, coche beaucoup de cases, selon plusieurs diplomates de l'Otan interrogés par l'AFP.

"Il a déjà créé une dynamique", assure l'un d'eux.

"Il a beaucoup de soutien" au sein de l'Otan, y compris de la part des Etats-Unis, le poids lourd de l'Alliance, et de la France, dit un autre.

Et si certains ont pu évoquer le handicap de la déroute de son parti aux législatives aux Pays-Bas, où l'extrême droite de Geert Wilders est arrivée en première position, beaucoup balaient l'argument d'un revers de la main. 

"Un handicap ? Non, je ne le crois pas", assure un diplomate.

L'affaire semble si bien partie que plusieurs pays, dont la France, les Etats-Unis et le Canada, veulent une décision rapide pour ne pas voir l'Otan se retrouver au beau milieu du "mercato" bruxellois attendu après les élections européennes de juin prochain. Il faudra alors que les 27 se décident pour désigner les dirigeants de la Commission, du Conseil ou de la diplomatie de l'UE.

 

"Au dernier moment"

L'ambassadeur britannique à l'Otan David Quarrey appelle néanmoins à la prudence. "Il y a un processus qui va durer un certain temps", a-t-il averti cette semaine au cours d'une conférence à Bruxelles.

"Si vous regardez les candidats précédents, vous remarquerez qu'ils arrivent souvent au dernier moment. Donc il faut attendre et voir", souligne de son côté un autre diplomate de l'Alliance atlantique.

Certains des 31 Etats membres de l'Alliance considèrent par exemple que le temps est venu pour une femme d'être, pour la première fois, nommée à la tête de l'Otan. 

Une seule, pour le moment, a fait part publiquement de son intérêt pour le poste : la Première ministre estonienne Kaja Kalla. Elle ne fait toutefois pas l'unanimité, y compris au sein même des pays baltes. Le ministre letton des Affaires étrangères Krisjanis Kariņs pourrait lui aussi être en lice.

Habitué des rendez-vous européens, Mark Rutte, 56 ans, a su nouer des relations avec nombre de dirigeants.

Autre point fort, il a fréquenté l'ancien président américain Donald Trump, dont le retour éventuel à Washington après les élections américaines l'an prochain, hante les couloirs de l'Alliance à Bruxelles.

Il n'avait pas hésité à aller jusqu'à le contredire publiquement pendant une visite à la Maison Blanche.

L'un des critères évoqués à l'Otan est aussi celui d'un engagement suffisant en matière de défense, dans le pays d'origine des candidats. Ses Etats membres se sont engagés à y consacrer 2% de leur Produit intérieur brut (PIB), un objectif que les Pays-Bas n'ont pas atteint mais dont ils sont très proches, grâce notamment à l'action de M. Rutte. 

Or il sera essentiel, avancent des diplomates de l'Otan, d'apparaître engagés sur ce sujet en cas de retour de Donald Trump. Ce dernier avait plusieurs fois sommé les Alliés d'augmenter leurs dépenses de défense, sous peine de voir les Etats-Unis réduire les leurs, voire de quitter l'Alliance.

Enfin, les partisans du Néerlandais à l'Otan relèvent qu'il est parfaitement au fait de la menace russe, après avoir dû gérer la crise provoquée par le tir d'un missile, russe selon une enquête internationale, qui avait abattu en avion de ligne en 2014 au-dessus de l'Ukraine, provoquant la mort de 197 ressortissants néerlandais.

L'actuel secrétaire général de l'Alliance atlantique a lui-même salué son "ami" Mark Rutte, au cours d'un entretien avec l'AFP lundi, le jugeant particulièrement "expérimenté" pour le poste.

Mais, a-t-il aussitôt ajouté, il ne m'appartient pas de décider qui sera mon successeur".

 

AFP

Partager cet article