15.10.23
10:50

Un nouveau séisme frappe la région meurtrie d'Hérat en Afghanistan

Un nouveau séisme, de magnitude 6,3, a frappé dimanche la ville d'Hérat, au nord-ouest de l'Afghanistan, après plusieurs secousses depuis le début du mois dans cette région dont un tremblement de terre dévastateur qui a fait plus d'un millier de morts.

Le séisme, peu profond, s'est produit dimanche matin à 08H06 locales (03H36 GMT) avec un épicentre à 33 kilomètres de la ville d'Hérat, a indiqué l'institut de géophysique américain (USGS).

Une réplique de magnitude 5,5 a été enregistrée 20 minutes plus tard, selon l'institut.

Le tremblement de terre a fait au moins 50 blessés qui ont été transportés dans un hôpital régional d'Hérat, a indiqué à l'AFP Mohammad Asif Kabir, un responsable local des secours.

Ces blessés venaient cependant de la zone urbaine, et les autorités nationales de gestion des catastrophes ont indiqué être encore en train d'évaluer l'impact du séisme plus proche de l'épicentre.

Selon un journaliste de l'AFP à Hérat, la plupart des habitants continuent à dormir à l'extérieur une semaine après un tremblement de terre meurtrier, craignant de nouvelles secousses. Mais certains ont réintégré leur domicile pour la nuit.

"Les habitants d'Hérat sont pris de panique et effrayés", explique un commerçant de 27 ans, Hamid Nizami. "Grâce à Allah, ça s'est produit pendant la journée et les gens étaient réveillés".

Le 7 octobre, des villages entiers de la région d'Hérat ont été détruits dans un tremblement de terre de magnitude 6,3.

Le gouvernement taliban a estimé à plus d'un millier le nombre de morts. Samedi soir, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a fait état de près de 1.400 morts pour ce séisme.

Un autre séisme important le 11 octobre, dont l'épicentre a été détecté à environ 30 kilomètres au nord d'Hérat, a créé la panique dans une population traumatisée et fait au moins un mort et une centaine de blessés.

Les victimes du premier tremblement de terre début octobre étaient à 90% des femmes et des enfants, a indiqué l'Unicef mercredi.

"Les femmes et les enfants sont souvent à la maison, pour s'occuper des tâches ménagères et des enfants, donc quand une structure s'effondre, ils sont le plus exposés", a indiqué Siddig Ibrahim, un responsable de l'agence à Hérat.  

Au moins six villages ruraux du district de Zenda Jan ont été complètement détruits et plus de 12.000 personnes ont été touchées par les séismes, selon les Nations unies.

 

Besoin d'abris

 

Depuis les secousses, des milliers de gens dans la province dorment dehors, dans les voitures, les jardins ou des tentes, leurs habitations ayant été réduites en poussière.

Mais dans cette région où les nuits sont très froides, les réfugiés ne pourront pas rester sous des tentes plus d'un mois, indiquent les humanitaires.

L'Afghanistan souffre déjà d'une grave crise humanitaire, avec le retrait généralisé de l'aide étrangère depuis le retour au pouvoir des talibans.

Fournir des abris en grande quantité, à l'approche de l'hiver, sera un défi pour les autorités talibanes, qui ont pris le pouvoir en août 2021 et entretiennent des relations tendues avec les organisations d'aide internationale.

L'Afghanistan subit fréquemment des séismes, en particulier dans la chaîne de montagnes de l'Hindou Kouch, proche du point de jonction entre les plaques tectoniques eurasienne et indienne. 

En juin 2022, un séisme de magnitude 5,9 avait fait plus de mille morts et des dizaines de milliers de sans-abri, dans la province pauvre de Paktika (sud-est).

Partager cet article

En lien avec l'article