30.07.23
11:51

Niger : sommet ouest-africain avec de probables sanctions, les putschistes redoutent une "intervention militaire"

Les pays d'Afrique de l'Ouest se réunissent dimanche à Abuja en "sommet extraordinaire" pour évaluer la situation au Niger après le coup d'Etat militaire avec de probables sanctions à la clé, la junte y voyant une menace "d'intervention militaire imminente". 

La pression s'accroît chaque jour un peu plus sur le nouvel homme fort proclamé du pays, le général putschiste Abdourahamane Tiani, chef de la garde présidentielle du Niger, à l'origine de la chute de Mohamed Bazoum, séquestré depuis quatre jours. 

De fait, la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao, 15 membres) peut à l'issue de ce sommet  prononcer par exemple des sanctions contre le Niger, l'un de ses membres, et emboîter le pas à l'UE et la France, qui ont décidé de suspendre leurs aides budgétaires, et même sécuritaires du côté de l'institution européenne.

Le sommet devait commencer à 09H00 GMT (10H00 locale), mais son ouverture a pris du retard. 

Il sera présidé par le chef d'Etat nigérian Bola Tinubu, à la tête du bloc ouest-africain depuis le début du mois. Ce dernier avait condamné le coup dès mercredi et promis que l'organisation et la communauté internationale "feraient tout pour défendre la démocratie" et son "enracinement" dans la sous-région.

"Plan d'agression"

Le dirigeant du Tchad, Mahamat Idriss Déby Itno, dont le pays n'est pas membre de la Cédéao, mais voisin du Niger, a également été convié à ce sommet, et est arrivé dans la matinée à Abuja. 

Samedi soir, la junte issue du putsch a dénoncé cette rencontre régionale qui a pour "objectif", selon elle, "la validation d'un plan d'agression contre le Niger". 

Elle y voit la menace d'une "intervention militaire imminente à Niamey en collaboration avec les pays africains non membres de l'organisation et certains pays occidentaux", selon un communiqué lu par un membre de la junte, Amadou Abdramane, à la télévision nationale.

Des sanctions et ultimatums ont déjà été décidés par d'autres pays. 

La France a annoncé samedi suspendre son aide au développement au Niger, qui s'est élevée à 120 millions d'euros en 2022. 

Quant à l'Union africaine (UA), elle a posé vendredi un ultimatum de 15 jours aux militaires pour rétablir "l'autorité constitutionnelle".

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a, lui, assuré M. Bazoum de "l'indéfectible soutien" de Washington, assurant que le coup d'Etat mettait en péril le "partenariat" entre les Etats-Unis et le Niger.

 

Pivot antidjihadiste 

Situé en plein cœur du Sahel, le Niger est l'un des pays les plus pauvres au monde, vaste territoire désertique d'une population de quelque 20 millions d'habitants, avec une croissance démographique parmi les plus élevées de la planète.

Niamey est aussi le dernier allié avec lequel la France entretient un partenariat dit de "combat" contre les jihadistes, dans cette région minée par l'instabilité, la précarité et les attaques.

Paris compte actuellement quelque 1.500 militaires au Niger, qui opéraient jusqu'ici conjointement avec l'armée locale. 

Le mouvement civil M62, qui avait déjà protesté contre l'opération Barkhane de l'armée française au Sahel et au Sahara, a appelé à manifester dimanche malgré l'interdiction du rassemblement.

Le général Tiani, proclamé chef de l'Etat par ses pairs, a justifié le coup d'Etat de mercredi par "la dégradation de la situation sécuritaire". 

Tout en qualifiant d'"appréciable" le soutien des "partenaires extérieurs" du Niger - la France et les Etats-Unis (1.100 soldats) faisant partie des principaux - il leur a demandé de "faire confiance (à ses) Forces de défense et de sécurité (FDS)".

Condamnation internationale

Le putsch mené par ce haut gradé discret a été vivement condamné par les partenaires occidentaux de Niamey, plusieurs pays africains et l'ONU, qui ont demandé la libération de Mohamed Bazoum.

L'entourage de ce dernier a dénoncé "un coup d'Etat pour convenance personnelle", affirmant que M. Bazoum "va très bien" malgré sa séquestration. 

Le ministre de l'Energie du président déchu, Ibrahim Yacouba, a lui invité la Cédéao et l'UA à lutter pour "la libération sans délai" de M. Bazoum et la reprise de ses fonctions.

Riche en uranium, le Niger a une histoire jalonnée de coups d'Etat depuis l'indépendance de cette ex-colonie française en 1960. La région, elle aussi, est instable, le pays étant le troisième à connaître un coup d'Etat depuis 2020 après l'arrivée des militaires au Mali et au Burkina Faso.

A quelques jours de la fête de l'indépendance le 3 août, un calme relatif régnait samedi dans les rues de Niamey après l'interdiction des manifestations pro-putschistes.

Les habitants ont repris leurs activités mais la présence des Forces de défense et de sécurité a été renforcée dans les rues, a constaté un journaliste de l'AFP.

La junte, qui rassemble tous les corps de l'armée, de la gendarmerie et de la police, a suspendu les institutions, fermé les frontières terrestres et aériennes, et instauré un couvre-feu en vigueur de minuit à 05H00 du matin.

 

AFP

Partager cet article

En lien avec l'article