12.03.23
14:54

Le Slovène Tadej Pogacar remporte Paris-Nice à sa première participation

Tadej Pogacar, irrésistible vainqueur de la dernière étape dimanche sur la Promenade des Anglais, a remporté Paris-Nice dès sa première participation devant le Français David Gaudu qui a réussi à s'intercaler dans le duel au sommet entre le Slovène et le Danois Jonas Vingegaard.

Maillot jaune sur le dos, le Slovène d'UAE s'est envolé dans le col d'Eze, la dernière ascension de cette 81e édition, pour remporter en solitaire sa troisième victoire d'étape avec 33 secondes d'avance sur Vingegaard et Gaudu.

Au classement général, il finit 53 secondes devant Gaudu et 1 min 38 sec devant Vingegaard qui l'avait détrôné sur le Tour de France l'an passé.

"Je n'avais encore jamais participé à cette course. Ca a toujours été mon but de gagner Paris-Nice, c'était même un rêve, donc c'est incroyable", a-t-il commenté après avoir franchi la ligne d'arrivée en faisant une révérence au public.

"Le niveau était très élevé. Alors partager le podium avec Gaudu et Vingegaard est très spécial, ce sont deux excellents coureurs. Si je ne gagne plus rien jusqu'à la fin de la saison, elle sera quand-même réussie", a-t-il ajouté.

Irrésistible depuis le début de la saison, "Pogi" compte désormais neuf succès en treize jours de course en 2023, dont deux classements généraux avec aussi une victoire sur le Tour d'Andalousie.

 

"L'attaque est la meilleure défense" 

Possédant douze secondes d'avance sur Gaudu au matin de la 8e et dernière étape, il a assis sa domination en se dressant sur les pédales dans la partie la plus raide du col d'Eze, le chemin des Vinaigriers, à quatre kilomètres du sommet et une vingtaine de bornes de l'arrivée.

Personne n'a réussi à le suivre et il a rapidement creusé un écart de près d'une minute dans cette dernière étape courte (118 km) et nerveuse, truffée de côtes et sans un mètre de plat, courue sous un soleil estival.

Derrière, on a retrouvé les mêmes protagonistes que depuis le début de la semaine avec Gaudu et Vingegaard, accompagnés par l'Américain Matteo Jorgenson (Movistar) et le Britannique Simon Yates (Jayco-AlUla) dans le groupe de chasse.

Mais même à quatre, ils n'ont réussi à combler qu'une partie de leur retard dans la longue descente vers Nice et l'arrivée sur la Promenade des Anglais où Vingegaard a réglé le petit groupe au sprint.

"L'attaque est la meilleure défense. Je connais ces routes par cœur, je m'entraîne souvent par ici, je connaissais les montées, je savais ce que j'avais à faire pour arriver seul au sommet", a conclu Pogacar qui réside à Monaco.

Partager cet article