07.12.22
16:34

La Russie tente de geler le conflit avec l'Ukraine, affirme le chef de l'Otan

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré mercredi 7 décembre que la Russie essayait d'avoir "une sorte de gel de cette guerre avec l'Ukraine afin de préparer une offensive plus importante au printemps prochain".

M. Stoltenberg a déclaré que l'armée russe tenterait de "se regrouper, de réparer, de récupérer " avant une telle attaque. Il a exprimé son soutien au "droit à l'autodéfense" des Ukrainiens.

Interrogé pour savoir si les conditions d'un accord de paix entre la Russie et l'Ukraine étaient réunies, Stoltenberg a répondu qu'elles ne l'étaient pas "parce que la Russie n'a montré aucun signe d'engagement dans des négociations qui respectent la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine."

La Russie a lancé son "opération militaire spéciale" en février, affirmant que les liens étroits de l'Ukraine avec l'Occident constituaient une menace pour la sécurité. Kiev et ses alliés affirment que l'invasion est une guerre d'agression illégale.

Des dizaines de milliers de personnes sont mortes dans cette guerre, dont au moins 6.700 morts civils recensés par les Nations unies. La Russie nie avoir intentionnellement ciblé des civils ou commis des atrocités sur le territoire occupé.

Poutine assure qu'il n'utilisera l'arme nucléaire qu'en réplique à une frappe ennemie

Le président russe Vladimir Poutine a laissé entendre mercredi que la Russie n'utiliserait pas l'arme nucléaire en premier, mais uniquement "en réponse" à une éventuelle frappe ennemie de ce type sur son territoire.

"Nous considérions les armes de destruction massive, l'arme nucléaire, comme un moyen de défense. (Y recourir) est construit autour de ce qu'on appelle la +frappe en représailles+: si on nous frappe, on frappe en réponse", a déclaré M. Poutine lors d'une réunion télévisée.

Partager cet article

En lien avec l'article