06.10.22
06:27

Après l’échec de la capitalisation de NewB quel avenir pour la banque citoyenne ?

NewB, la néobanque citoyenne, n’a pas réuni les 40 millions d’€ exigés par la Banque Nationale pour rester une banque… mais pourquoi ?

Pour trois raisons :

  1. Trop peu de clients  et …
  2. … avec si peu de clients, un capital trop faible  pour tenir 4 ans …
  3. Les taux d’intérêts très bas et donc qui génèrent peu de marges commerciales

Conséquence, la Banque Nationale, avant l’été, avait donné l’objectif à NewB de trouver 40 millions d’euros pour tenir les 4 prochaines années et quelques dizaines de milliers de clients.

Et les objectifs n’ont pas été atteints. Pourquoi ?

Et bien c’est assez râlant pour NewB.

Beaucoup de militants et de sympathisants ont acheté pour quelques euros une ou plusieurs parts de la Néo-banque. Mais seuls 17% sont devenus clients !

C’est beaucoup trop peu pour la banque qui comptait sur un succès commercial pour subsister et se développer !

Et c’est assez incohérent. Devenir client, cela voulait dire ouvrir un compte, migrer leur épargne, voire d’emprunter chez NewB. Un acte un peu plus substantiel que prendre une part de coopérateur.

Peut-on incriminer les produits de NewB … ? Qui ne seraient pas assez attractifs ?

Ce n’est pas faux.

 

La gamme de produits bancaires est fortement limitée. Les produits d’assurances, en partenariat avec un assureur français, ne décollent pas non plus, par manque d’agressivité commerciale, de marketing professionnel.

NewB ne serait suffisamment différencié par rapport aux banques classiques ?

Il faut distinguer l’organisation et les valeurs qui sont en quelque sorte l’ADN de NewB et de ses produits. Il a fallu une décennie pour lancer NewB. Une décennie au cours de laquelle le monde bancaire a lui aussi évolué et a proposé des produits plus éthiques, plus respectueux de l’humain et de l’environnement. Il y a une concurrence aujourd’hui.

Que va-t-il se passer à présent ?

Bonne nouvelle, il n’y a pas de "bank run". Les clients ne se sont pas rués pour retirer leur argent. Et ils ont raison !

NewB espère être soutenu par les régions bruxelloises et wallonnes en plein contrôle budgétaire difficile.

C’est niet du côté wallon. Du côté bruxellois, la Secrétaire à la transition a proposé de mettre 1 million d’€ sous certaines conditions.

Plus que probablement, la Banque Centrale Européenne, en concertation avec la Banque nationale, va à présent demander le retrait de la licence bancaire.

Ce qui signifie la fin des crédits et des dépôts. Mais NewB pourrait devenir un intermédiaire en crédit ou en produits d'assurance, adoubé ou non à une grande banque.

Est-ce que les clients risquent de perdre de l’argent ?

Non. Pas les clients dont l’argent est déposé à la BNB. Mais par contre le risque demeure que les coopérateurs perdent la contre-valeur de leur achat de parts.

Quelles leçons tirer de cette expérience ?

La première c’est qu’il est facile d’être critique envers le tissu économique existant et de le parer de tous les maux de la terre. Souvenez-vous des banques en 2009, c’était le diable habillé en costume trois pièces.

Chaque jour les médias font l’apologie de telle ou telle startup ou association plus écologique, plus solidaire, pas capitaliste, etc, en oubliant qu’il y a ce qu’on appelle un biais de sélection.

Que peu de ces initiatives atteignent la taille critique pour avoir un réel impact économique, sociétal ou pour générer substantiellement de l’emploi ou simplement payer des taxes pour contribuer à la solidarité. Ce que les entreprises du marché parviennent à faire elles.

La seconde, c’est qu’in fine, n’en déplaise à beaucoup de rêveurs, le marché finit toujours par avoir raison.

Et le marché, même parmi les coopérateurs, désavoue pour l’instant NewB. NewB avait mis en avant une volonté respectable de salaires raisonnables, mais dans le même temps peine à recruter, ce qui est aussi un désaveu du marché.

Enfin, cela démontre que l’entrepreneuriat est et reste quelque chose de difficile et que les clients ont toujours raison.

Quelques chiffres sur la banque ?

La banque compte aujourd’hui 20.000 clients qui lui confient un total de 180 millions d’euros en dépôts, auxquels s’ajoutent 50 millions d’euros investis dans les fonds d'investissement durable NewB, qui répondent à des standards stricts en matière de durabilité.

Par ailleurs, la banque a déjà octroyé des crédits pour un encours total de 7,3 millions d’euros, qui ont directement profité à des projets à haute valeur ajoutée sociale ou environnementale. En outre, NewB développe actuellement une formule de crédit à la rénovation afin de proposer sa propre solution innovante face à la crise énergétique actuelle

Partager cet article