05.10.22
07:50

Une Belgique gérée comme le Club Bruges

Oui les Blauw en Zwart, les bleus et noirs, le Club Brugge et non pas le Club de Bruges,  qui a dévissé la tête d’une grosse formation club espagnole hier soir, l’atletico madrid, et c’est la 3e victoire successive du club en Champions league, alors, une fois ou deux fois, ça peut être de la chance, mais 3 victoires alignées, ça témoigne d’une équipe qui déroule son jeu et qui est ultra efficace

Quels ingrédients font le succès du Club Brugge aujourd’hui ?

C’est assez simple : pas de blabla, pas de bling bling, une culture de la discrétion et des comptes en équilibre : on achète pas ce qu’on ne sait pas se payer et on travaille beaucoup avec son centre de formation.

Le patron du Club, l’entrepreneur Bart Verhaeghe, lui-même, ne rejette pas le surnom de Bayern de Munich à la sauce belge, tant la comparaison tient la route – toute proportion gardée, évidemment.

Comme les Allemands de Bavière, les Brugeois savent qu’un euro durement gagné en Champions League doit être investi avec soin pour façonner les succès futurs du club.

Alors parfois, ils ont les yeux plus grands que le ventre – ils ont essayé, Bruges, de faire entrer leur club en bourse il y a deux ans avant d’abandonner l’idée et de revenir a leurs fondamentaux : la bonne gestion flamande.

Un peu la gestion à la paysanne, sans aucun jugement de valeur, c’est pas pour rien, d’ailleurs, que notre illustre ancien PM Jean-Luc Dehaene était un fan inconditionnel de Bruges.

Donc, je résume : je ne suis pas supporter du Club Bruges, mais quand vient l’Europe, en général, on essaye, petits belges, de se serrer les coudes, puisque les victoires d’un club noir jaune rouge font monter le coefficient de tous les clubs Belges sur la scène européenne.

Et ça, c’est toujours bon à prendre

Mais investir avec soin et miser sur la jeunesse : est-ce que le Club Bruges serait un modèle à suivre pour la S.A. Belgique ?

Alors, c’est tentant, évidemment, Catarina, de dire – avec les 23 milliards d’euros de déficit de la Belgique, gérons le pays à la Brugeoise et tout reviendra dans l’ordre.

Sauf qu’un pays, ce n'est pas une société anonyme et que l’objectif du club de Bruges est de gagner de l’argent et des trophées alors que celui d’un pays est que tous ses concitoyens s’y sentent à l’aise.. 

Et puis, il y a un autre point, qui n’est pas un point de détail, avec Bruges, c’est que certains de ses supporters y sont racistes et antisémites.

Et ça, c’est le gros point noir des Blauw en Zwart. C’est le point Zwart.

Partager cet article