05.10.22
05:49

Indexation, inflation, menaces sur la croissance : comment se porte l’emploi ?

Comment se porte l’emploi dans le contexte particulier et difficile ? Et bien pour l’instant, il résiste.

Les entreprises, surtout les plus grandes, confrontées à une guerre des talents font le gros dos et continuent à créer de l’emploi et à protéger leur pool de talents. On attend les derniers chiffres, mais la Belgique espère toujours pouvoir créer 100.000 emplois pour le 31 décembre.

Par contre, la situation est moins rose dans les PME.

Le groupe social SD Worx a dévoilé cette semaine sa dernière étude et elle révèle que les projets d'embauche des PME sont en baisse pour la 2e fois consécutive, tandis que les projets de licenciement sont en hausse.

En résumé, cela signifie une diminution d’emploi au 4e trimestre pour les PME.

Quels sont les motivations des PME pour licencier ?

D’abord l’augmentation des coûts salariaux ensuite les augmentations de l’énergie et des matières premières.

Le Guide des Salaires 2023 de Robert Half est parût ce matin et il met mal à l’aise car si SD Worx parle de licenciement dans les PME, le guide des salaires de Robert Half parle d’augmentations de salaires et d’avantages.

La seule explication à cette divergence est la création d’un marché à deux vitesses, entre les PME et les grandes entreprises performantes.

Pour ces grandes entreprises, on distingue trois grandes tendances sur les salaires :

  • 1 manager belge sur 3 prévoit d'accorder une augmentation salariale en plus de l'indexation l'année prochaine malgré une indexation record.
  • 1 manager sur 2 est prêt à proposer une semaine de travail réduite pour conserver/attirer des talents  qui exigent toujours plus de flexibilité.
  • La personnalisation de la rémunération via la multiplication des avantages sociaux est plus que jamais une autre manière d’attirer et de retenir les talents : indemnité de télétravail, indemnité liée au vélo électrique et le congé de paternité prolongé.

Partager cet article