28.09.22
17:06

Nord Stream: "ridicule" d'insinuer que les États-Unis pourraient être responsables des fuites

"C'est ridicule" de la part de la Russie d'insinuer que les Etats-Unis pourraient être responsables des fuites sur les gazoducs Nord Stream, a commenté mercredi la porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, Adrienne Watson.

"Nous savons tous que la Russie diffuse de la désinformation depuis longtemps et elle le fait à nouveau ici", a-t-elle indiqué, après que la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova eut appelé le président américain Joe Biden à dire si les Etats-Unis étaient impliqués.

"Le président américain est obligé de répondre à la question de savoir si les États-Unis ont mis à exécution leur menace", a-t-elle lancé sur Telegram, en référence à une déclaration de Joe Biden début février qui affirmait que Washington "mettrait fin" à Nord Stream 2 si Moscou intervenait militairement en Ukraine.

A la Maison Blanche, on souligne que ces propos renvoyaient en réalité à la pression intense exercée par le président américain pour que l'Allemagne abandonne le projet de gazoduc Nord Stream 2, une pression qui avait fini par porter ses fruits.

Moscou a de son côté récusé les soupçons "assez prévisibles" émis à son encontre par certaines capitales, estimant que cela était "stupide et absurde".

Les fuites touchant Nord Stream 1 et 2 sont "problématiques" pour Moscou, car le gaz russe qui s'en échappe "coûte très cher", a fait valoir le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Mardi, la Russie s'était dite "extrêmement préoccupée", estimant qu'il ne fallait exclure "aucune" hypothèse, dont le sabotage.

 

Le renseignement suédois chargé d'une enquête pour "sabotage aggravé"

Le service de renseignement suédois a annoncé mercredi prendre la tête d'une enquête pour "sabotage aggravé" après les explosions de lundi, suspectées d'avoir provoqué les fuites sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2 en mer Baltique.

La sûreté suédoise (Säpo) "a repris à la police l'enquête préliminaire concernant les évènements survenus sur Nord Stream. Le motif retenu est actuellement de sabotage aggravé", indique le service dans un communiqué.

Partager cet article

En lien avec l'article