04.09.22
15:46

MotoGP: quatrième victoire consécutive pour Bagnaia à Saint-Marin

L'Italien Francesco Bagnaia a remporté dimanche son quatrième Grand prix consécutif en MotoGP, lors de la manche de Saint-Marin, pour se rapprocher du leader du championnat Fabio Quartarao, 5e sur la ligne sur le circuit de Misano.

"Pecco" Bagnaia (Ducati) confirme qu'il sera bien le rival N.1 de Quartararo pour conserver sa couronne mondiale conquise l'an dernier. Avec cette victoire sur la piste fétiche des Ducati, l'Italien se hisse à la deuxième place du championnat devant Aleix Espargaro, 6e à Saint-Marin, et revient à 30 points du leader français, à six manches de la fin (soit 150 points à prendre maximum). 

Parti seulement de la deuxième ligne en raison d'une pénalité reçue lors des essais libres vendredi, Bagnaia a réalisé un départ canon. Il a ensuite profité d'une erreur de son coéquipier Jack Miller, parti en pole, pour prendre rapidement les commandes et les conserver jusqu'au bout malgré le retour de son compatriote Enea Bastianini (Ducati-Gresini), deuxième d'un cheveu.

Profitant de la domination actuelle sans partage des Ducati, "Pecco" remporte son sixième succès de la saison, son quatrième consécutif. Depuis sa première victoire dans la catégorie reine il y a un an, il a même gagné dix des vingt dernières courses en MotoGP, de quoi lui donner confiance pour le mano a mano final avec Quartararo. 

Le Français, parti lui en troisième ligne après des qualifications difficiles samedi en raison des gouttes de pluie tombées sur Misano, a limité la casse au guidon de sa Yamaha en finissant cinquième.

Comme il le redoutait sur le tortueux circuit italien, "El Diablo" n'a pas trouvé d'espace pour remonter vers le podium mais a su laisser derrière lui Aleix Espargaro, désormais 3e au championnat à 33 pts du Français. 

Le Grand Prix de l'autre Français, Johann Zarco, n'a lui duré que quelques secondes: parti 6e sur la grille, il a mordu la poussière dès le premier virage, en compagnie de deux autres pilotes, Pol Espargaro et Michele Pirro. 

Partager cet article