29.08.22
15:08

Irak: des partisans de Sadr envahissent un bâtiment gouvernemental, couvre-feu à Bagdad

L'armée irakienne a décrété lundi un couvre-feu à partir de 12h30 GMT à Bagdad, alors que des partisans de Moqtada Sadr envahissaient le palais de la République, un bâtiment gouvernemental, après que le leader chiite a annoncé son "retrait" de la politique.

Les sympathisants du chef religieux et politique "sont entrés dans le palais de la République", situé dans l'ultra-sécurisée Zone Verte dont les accès ont été fermés, a indiqué une source de sécurité sous couvert de l'anonymat. 

Selon un photographe de l'AFP, les manifestants ont pris place dans des fauteuils d'une salle de réunion, certains brandissant des drapeaux irakiens, d'autres prenant des selfies. D'autres encore se baignaient dans un bassin dans le jardin.

Le palais de la République est situé dans l'emblématique Zone Verte de Bagdad et accueille habituellement le Conseil des ministres.

Hors de la Zone verte, dans les rues de Bagdad, plusieurs milliers de sadristes se dirigeaient vers cette enceinte du centre-ville en scandant "Moqtada! Moqtada!", selon un journaliste de l'AFP.

Par crainte de débordements, l'armée irakienne a décrété un "couvre-feu complet dans la capitale Bagdad". Il "concerne tous les véhicules et tous les citoyens à partir de 15h30 lundi", soit 12h30 GMT, a indiqué le Commandement des Opérations conjointes dans un communiqué.

Dans la matinée, Moqtada Sadr a annoncé son "retrait définitif" de la politique.

Le très influent clerc chiite, habitué des coups d'éclat, a fait cette annonce au moment où l'Irak est embourbé dans une profonde crise politique depuis les législatives d'octobre 2021.

L'Irak, riche en pétrole mais accablé par une grave crise économique et sociale, n'a toujours pas de nouveau Premier ministre, ni de nouveau gouvernement, les forces chiites, dont celle de Moqtada Sadr, n'arrivant pas à se mettre d'accord sur leur mode de désignation. 

Partager cet article