26.08.22
10:05

Audi intègrera pour la première fois la Formule 1 en 2026 comme motoriste

Le constructeur allemand Audi fera ses débuts en Formule 1 en 2026 comme motoriste, a annoncé vendredi son PDG Markus Duesmann lors d'une conférence de presse à Spa-Francorchamps en marge du Grand Prix de Belgique.

Audi développera son moteur hybride à Neubourg-sur-le-Danube, en Bavière, et nouera un partenariat avec une écurie du championnat du monde de F1 "qui doit être annoncé d'ici la fin de l'année", a expliqué Markus Duesmann.

Ce partenariat pourrait être conclu, selon la presse spécialisée, avec Sauber, qui court actuellement en F1 sous l'appellation Alfa Romeo et est motorisé par Ferrari.

En attendant Porsche, également attendu en F1, voici donc une autre marque du groupe Volkswagen qui intègre l'élite du sport automobile. Audi rejoint Mercedes, Ferrari, Renault et Red Bull (avec la technologie Honda) comme motoriste.

Cette annonce intervient dix jours après l'approbation, par le Conseil mondial du sport automobile de la FIA, d'un règlement sur les nouveaux moteurs des Formule 1 pour 2026.

"C'est un timing parfait, avec les nouvelles règles: la F1 change d'une façon qui nous permet d'arriver, avec une part très importante de l'électrique" dans le moteur hybride, a développé Markus Duesmann, présent en Belgique aux côtés de Stefano Domenicali, PDG de la Formule 1, et de Mohammed Ben Sulayem, président de la Fédération internationale de l'Automobile (FIA).

Les moteurs, déjà hybrides depuis 2014, verront à partir de 2026 une augmentation de l'énergie électrique et utiliseront par ailleurs des carburants 100% durables, prérequis pour la marque allemande. 

 

"Événement majeur"

"Nous avons décidé de devenir un constructeur automobile 100% électrique", d'ici 2033, a rappelé le PDG de la marque de luxe aux quatre anneaux.

Audi a également souligné l'importance du plafond budgétaire déjà existant pour les écuries, et de la mise en place en 2023 d'un autre plafond, sur les coûts pour les motoristes du plateau cette fois.

"C'est un événement majeur pour notre sport, a applaudi Stefano Domenicali. C'est une reconnaissance importante du fait que notre choix de moteurs hybrides à carburant durable en 2026 est une solution d'avenir pour le secteur automobile".

Audi, engagé comme l'ensemble du groupe Volkswagen dans un vaste virage électrique, espère ainsi profiter de la F1, en plein regain d'intérêt ces dernières années, pour afficher ses technologies et ambitions plus "vertes".

Son arrivée marque par ailleurs le retour d'une fabrication sur le sol allemand d'un moteur de F1, Mercedes concevant les siens au Royaume-Uni.

Le constructeur modifie les infrastructures déjà existantes d'Audi sport à Neubourg pour les amener "aux standards de la F1", a expliqué son président. 

 

Avec Sauber ?

S'ils ont levé le voile sur leur programme, au sens figuré comme au sens propre, en présentant aux photographes une monoplace de démonstration aux couleurs d'Audi, des zones grises restent à éclairer.

La possibilité de monter une équipe à part entière a été rejetée et Audi a discuté avec plusieurs écuries, constructrices de châssis, pour une association. "Selon l'équipe, la forme de notre engagement sera différent", a annoncé Markus Duesmann.

Si McLaren, Aston Martin ou encore Williams ont été cités dans le cadre d'un rachat ou d'un partenariat, la structure suisse Sauber - qui court actuellement sous le nom d'Alfa Romeo, nom de son sponsor titre en F1 - apparaît désormais comme le partenaire le plus probable. 

L'arrivée en F1 d'Audi marque la fin de son programme d'endurance (catégorie Lmdh). En revanche, elle a toujours pour objectif de gagner le Dakar avec son moteur hybride, premier du genre dans le célèbre rallye-raid.

Après Audi, Porsche devrait prochainement annoncer sa venue en F1. Markus Duesmann a parlé de "deux programmes complètement séparés: nous allons avoir nos infrastructures en Allemagne, et si Porsche arrive, ils auront les leurs au Royaume-Uni".

Cette précision roule dans la direction, pour la marque de Stuttgart, d'un possible retour via un partenariat avec Red Bull: un rachat à hauteur de 50% de l'écurie autrichienne basée à Milton Keynes (Angleterre), actuelle leader au championnat du monde des constructeurs. 

Porsche, à la différence d'Audi, a déjà connu trois périodes en F1: au début des années 1960 comme écurie d'usine, comme motoriste de McLaren entre 1983 et 1987 puis en 1991 de l'éphémère équipe Footwork.

 

AFP

Partager cet article

En lien avec l'article