22.08.22
19:49

Anthony Fauci, le conseiller Covid de Biden, tirera sa révérence en décembre

Après une carrière de plusieurs décennies à combattre les différentes épidémies ayant ébranlé son pays et le monde, l'éminent Dr Anthony Fauci, aujourd'hui principal conseiller du président Joe Biden sur le Covid-19, a annoncé lundi à 81 ans qu'il quitterait ses fonctions en décembre.

L'immunologue se retirera également à cette date de son poste de directeur de l'Institut national des maladies infectieuses (NIAID), qu'il occupait depuis 38 ans. Il a toutefois précisé qu'il ne s'agissait pas encore pour lui de "prendre sa retraite". 

"Je prévois de poursuivre la prochaine phase de ma carrière avec toute l'énergie et la passion qu'il me reste pour mon domaine", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Très respecté par beaucoup, mais aussi profondément détesté par une partie de la population conservatrice, il était devenu ces deux dernières années le visage de la lutte contre la pandémie aux Etats-Unis.

Son annonce intervient au moment où le Covid-19 s'est largement effacé de la vie des Américains -- bien que des dizaines de milliers de nouveaux cas continuent d'être recensés chaque jour.

Le président Joe Biden a immédiatement adressé "ses profonds remerciements" au Dr Fauci. "Les Etats-Unis sont plus forts, plus résilients et en meilleure santé grâce à lui", a-t-il salué dans un communiqué.

"Son engagement pour son travail est inébranlable, et il le fait avec un esprit, une énergie et une intégrité scientifique incomparables", a ajouté M. Biden. "Je sais que le peuple américain et le monde entier continueront de bénéficier de l'expertise du Dr Fauci quoi qu'il entreprenne par la suite." 

 

Menaces de mort

 

En 2020, ce médecin de formation -- déjà célèbre dans le monde de l'infectiologie et de la lutte contre le sida, mais alors encore peu connu du grand public -- a été projeté sur le devant de la scène en rejoignant la cellule présidentielle sur le coronavirus de Donald Trump.

Avec son accent new-yorkais rocailleux, M. Fauci devient à l'époque maître dans l'art de recadrer poliment son patron, en cultivant son image d'homme au franc-parler. 

Ses messages simples inlassablement répétés lors d'innombrables interviews quotidiennes en font alors la figure rassurante dont l'Amérique a besoin. Devenu un véritable emblème, son visage orne chaussettes et tee-shirts, et des cocktails à son nom se vendent dans les bars. 

Mais lui qui avait toujours veillé à se tenir à l'écart de la politique est peu à peu devenu la bête noire des conservateurs, et la cible favorite des anti-vaccins et des opposants au port du masque, dans un contexte de politisation très forte de la crise sanitaire aux Etats-Unis. 

Lors d'une audition au Sénat, M. Fauci avait accusé un élu républicain d'encourager ceux proférant des menaces de mort à son égard. Il est aujourd'hui contraint de vivre entouré d'un dispositif de sécurité renforcé. 

 

"Honneur" d'une vie

 

Fils de pharmacien, M. Fauci a servi sous sept présidents américains différents, en commençant par Ronald Reagan.

"Cela a été l'honneur de ma vie de diriger le NIAID", a-t-il écrit lundi, en énumérant les crises traversées: épidémie de sida, attaques à l'anthrax, Ebola, Zika... 

Sous le président républicain George W. Bush, Anthony Fauci a été l'artisan du programme Pepfar, qui a sauvé la vie de millions de personnes atteintes du VIH. Il a été décoré en 2008 pour ses efforts contre le sida. 

"Grâce au pouvoir de la science et des investissements dans la recherche et l'innovation, le monde a été capable de combattre des maladies mortelles", a écrit Anthony Fauci. "Je suis fier d'avoir fait partie de ce travail important et je suis impatient d'aider à continuer à le faire à l'avenir." 

Partager cet article