17.08.22
19:24

Les sangliers envahissant les villes espagnoles sont capturés et tués

De grands groupes de sangliers envahissent plusieurs villes d'Espagne. 

Les autorités affirment qu'elles n'ont pas d'autre choix que de les capturer et de les abattre, car ils sont trop habitués à fouiller les ordures pour vivre à l'état sauvage, mais ils représentent toujours un danger pour les humains.

Attirés par les poubelles et les gens qui les nourrissent, les sangliers errent ou se promènent dans les parcs et les rues de banlieue, provoquant souvent des accidents de scooter et de vélo ou harcelant les personnes portant des sacs à provisions.

Dans la ville balnéaire de Cadaques, au nord-est de Barcelone, une jeune fille a été transportée à l'hôpital ce mois-ci après avoir été blessée par un sanglier.

À elle seule, Barcelone a signalé 1 200 incidents impliquant des sangliers l'année dernière. La popstar colombienne Shakira a déclaré que les animaux l'avaient attaquée, elle et son fils, alors qu'ils se promenaient dans un parc de Barcelone.

"Aucun vétérinaire n'aime tuer des animaux", a déclaré à Reuters Carles Conejero, un technicien vétérinaire chargé d'un programme de contrôle du problème des sangliers à Barcelone. "Mais nous devons le faire [...] Nous ne pouvons pas les relâcher dans la nature car ils ont perdu leurs instincts."

Plus tard dans la nuit, l'équipe de Conejero a utilisé des filets dérivants pour capturer un groupe de sangliers reproducteurs, qui ont couiné bruyamment avant d'être endormis puis euthanasiés.

"C'est la pire partie du travail", dit Conejero en empilant les animaux morts dans une camionnette.

Bien que le problème ne soit pas nouveau en Espagne, il s'est aggravé pendant la pandémie de COVID-19, lorsque davantage d'animaux sauvages se sont aventurés dans des zones urbaines devenues beaucoup plus calmes en raison des fermetures.

Outre les captures programmées, le plan de Barcelone pour lutter contre l'envahissement des sangliers comprend la protection des poubelles, des amendes pour les résidents qui nourrissent les animaux et des campagnes de sensibilisation sociale. Les sangliers morts sont étudiés pour détecter les maladies et les habitudes alimentaires.

Les résidents locaux sont d'accord pour dire que l'habitude de nourrir les sangliers doit cesser.

"Le problème est qu'ils ne sont plus des animaux sauvages, ils se promènent comme des chats", a déclaré Alex, 40 ans.

L'Institut espagnol de recherche sur les ressources cynégétiques estime que la population de sangliers dépassera les deux millions l'année prochaine.

Partager cet article

En lien avec l'article