31.07.22
20:49

Christophe Izard, créateur de «l’île aux enfants», est mort

Christophe Izard, père de "L'île aux enfants", émission phare pour la jeunesse des années 1970, est décédé dimanche, a indiqué à l'AFP Pierre-Alek Beddiar, responsable d'Osibo Productions, la dernière société de production de M. Izard.

Agé de 85 ans, M. Izard est "parti paisiblement chez lui, ce matin en région parisienne", a précisé M. Beddiar.

Le personnage principal de "L'île aux enfants", le dinosaure orange Casimir, a marqué le petit écran, ce "monstre gentil" allant jusqu'à devenir une véritable icône inter-générationnelle.

Après des études de droit, Christophe Izard, fils d'un avocat renommé, avait entamé une carrière journalistique en chroniquant la vie musicale du tout-Paris.

En 1968, il avait rejoint l'ORTF, la première chaîne de télévision publique, avant de créer, développer et produire "L'île aux enfants" en 1974. 

Il en écrira non seulement les premiers épisodes, mais signera également les textes des chansons, dont le célèbre "Voici venu le temps, des rires et des chants...".

Pendant presque 1.000 épisodes, "L'île aux enfants" a enchanté l'ORTF, France 3, puis TF1, avant de s'arrêter en 1982.

Le plat préféré de Casimir, le gloubi-boulga à base de confiture de fraises, de bananes écrasées, de chocolat râpé, de moutarde "très forte" et de "saucisse crue mais tiède"-- est entré dans le langage courant, synonyme de "mélange peu ragoûtant".

Dès 1975, Christophe Izard a proposé également une autre émission, "Les visiteurs du mercredi", qui s'adressait à toutes les tranches d'âges enfantines, avec des dessins animés tels que "Barbapapa" et des séries comme "Prince Noir".

Pour succéder à "L'île aux enfants", Christophe Izard lancera "Le village dans le nuages", qui durera jusqu'en 1985 sur TF1.  

En 1987, Christophe Izard sera évincé de la Une fraîchement privatisée et rejoindra Antenne 2. Il créera notamment ensuite le dessin animé "Albert le cinquième mousquetaire".

"Il a accompagné et enchanté l'enfance de plusieurs générations. Christophe Izard nous laisse orphelins d’un pays joyeux où c’était tous les jours le printemps", a réagi sur Twitter la ministre de la Culture, Rima Abdul Malak.

Partager cet article

En lien avec l'article