29.07.22
16:40

La Belgique classée 16e parmi les 27 États européens en matière de numérisation

La Belgique passe de la 12e à la 16e place.

Depuis 2014, les rapports publiés chaque année sur l’indice relatif à l’économie et à la société numériques (DESI) permettent à la Commission européenne de suivre les progrès réalisés par les États membres dans le domaine numérique.

La Belgique occupe la 16e place de l’indice 2022 relatif à l’économie et à la société numériques (DESI), qui porte sur les 27 États membres de l’UE. La croissance relative du pays en matière de numérique, à la lumière de sa situation de départ, est parmi les plus faible dans l’UE.

La Belgique occupe la 6e place du classement de l’Union en matière d’intégration des technologies numériques, les entreprises du pays ayant largement recours aux technologies numériques dans le cadre de leurs activités. Le nombre d’entreprises qui utilisent l’informatique en nuage et le nombre de PME qui effectuent des ventes en ligne sont particulièrement élevés et leurs résultats sont largement supérieurs à la moyenne de l’UE (représentant respectivement 13 et 12 points de pourcentage).

 

Administration en ligne: le bon point

La Belgique obtient également de très bons résultats en ce qui concerne le nombre d’utilisateurs de l’administration en ligne, qui connaît une forte augmentation et s’établit désormais à 9 points de pourcentage au-dessus de la moyenne de l’UE (74 % contre 65 %). La Belgique se situe en dessous de la moyenne de l’UE en matière de connectivité, affichant un écart de 40 points de pourcentage par rapport à la moyenne de l’UE en ce qui concerne le déploiement de la FTTP (Fibre to the Premises).

Les différents niveaux de gouvernement ont tous mis en place diverses stratégies ou plans numériques. #SmartNation, la nouvelle stratégie digitale du gouvernement, a été mise en place en 2021. Elle s’articule autour de cinq axes reflétant les indicateurs du DESI (transformation numérique de l’économie, capital humain numérique, gouvernement numérique, confiance/transparence/sécurité et infrastructures et écosystèmes numériques).

La stratégie s’appuie sur les travaux d’un groupe intitulé «Digital Minds», qui réunit 22 personnes issues du monde académique et professionnel. Ce groupe, qui s’est réuni pour la première fois le 30 juin 2021, analysera les meilleurs moyens de mettre en œuvre les projets numériques du pays, notamment dans le cadre du plan national pour la reprise et la résilience, afin d’optimiser l’incidence de ces projets.

 

Le plan de relance flamand

La Flandre a élaboré un plan de relance régional [comprenant des mesures relevant de la facilité pour la reprise et la résilience (FRR) du pays] qui prévoit sept grands volets, dont la transformation numérique, pour laquelle il existe une stratégie consacrée à l’administration en ligne (Flanders Radically Digital II).

La Fédération Wallonie-Bruxelles (la Communauté francophone) a inclus dans sa stratégie globale pour 2020-2025 un chapitre sur la numérisation fondé sur six piliers (gouvernance, données, environnements de travail numériques, innovation, culture numérique et utilisateurs).

 

La stratégie wallonne

La Région wallonne dispose également d’une stratégie numérique pour 2019-2024, intitulée «Digital Wallonia», qui s’articule autour de cinq thématiques (secteur du numérique, économie numérique, administration numérique, territoire numérique, compétences numériques). La Wallonie est également en train d’achever les travaux relatifs à sa stratégie numérique pour l’après 2024.

En 2021, la Région de Bruxelles-Capitale a mis en place de nouveaux plans et outils dans les domaines de la gouvernance informatique, des données, de l’inclusion numérique et de la simplification administrative. Elle élabore actuellement une stratégie régionale liée à la transition économique avec des objectifs et des mesures visant à stimuler et à faciliter la transition numérique des entreprises.


Les effets de la guerre en Ukraine

En réponse à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la Belgique a mis en place le portail centralisé «infoUkraine» qui fournit des informations aux Belges en Ukraine et en Russie, une assistance aux personnes fuyant l'Ukraine et des informations aux municipalités souhaitant accueillir des personnes.

Le site est disponible en six langues : néerlandais, français, allemand, anglais, ukrainien et russe. En outre, la Flandre a créé un site Web dédié «La Flandre aide l'Ukraine», qui donne un aperçu de l’ensemble des actions en Flandre pour venir en aide aux personnes fuyant l'Ukraine, avec des informations destinées aux citoyens ainsi qu’aux autorités locales.

La Wallonie propose un site web similaire, couvrant toutes les informations sur les actions menées en Wallonie pour aider les personnes fuyant l'Ukraine

Partager cet article

Partager cet article