28.07.22
15:17

Visée par une polémique, Hadja Lahbib veut se rendre à Kiev "dès que possible"

La nouvelle ministre belge des Affaires étrangères s'était rendue en Crimée en 2021 munie d'un visa russe.

La première polémique visant Hadja Lahbib n'a pas traîné. La nouvelle ministre des Affaires étrangères, nommée à la surprise générale par Georges-Louis Bouchez le 15 juillet dernier, a été attaquée par le chef de groupe N-VA à la Chambre, Peter De Roover, sur Twitter. Ce dernier l'a dénoncée d'avoir effectué un voyage en 2021 en Crimée, péninsule annexée par la Russie en 2014, avec un visa russe. 

À l'époque, celle qui était encore journaliste avait effectué un voyage en Ukraine pour assister à un festival culturel et dans le but de faire des repérages pour un documentaire qui ne verra jamais le jour. 

"Je n'ai moi-même aucun reproche à faire, mais j'ai des questions", déclare De Roover. "La première question est de savoir si elle a effectivement violé la loi ukrainienne lors de ce voyage. Deuxièmement, était-elle au courant que ce festival était organisé par une organisation dirigée par la fille de Poutine dans le cadre d'une semaine de propagande russe ? A-t-elle été invitée ?" s'est-il interrogé.

 

 

La Cheffe de la diplomatie n'a pas tardé à répondre au nationaliste flamand. "En faisant le tour de mes réseaux sociaux,  vous avez visiblement raté le fait que j'étais journaliste avant de devenir ministre, a-t-elle rétorqué. Ce voyage faisait partie de mon travail de journaliste", a-t-elle ajouté.

D'après la VRT, les révélations sur ce voyage auraient irrité l'Ukraine. Hadja Lahbib a profité du jour de l'Etat ukrainien pour s'adresser à son homologue ukrainien, Dmytro Kuleba et lui rappeler l'indéfectible solidarité de la Belgique à l'Ukraine et de "notre engagement à maintenir notre soutien". En faisant pour seule allusion à la polémique en rappelant  son attention particulière portée à la culture. 

"J'espère que nous pourrons aussi trouver un moyen de vous soutenir dans la préservation de l'héritage culture ukrainien et de sa grande richesse", a-t-elle évoqué avant de lui exprimer son souhait de se rendre à Kiev dès que possible
"pour exprimer notre soutien en personne et discuter sur (...) une future collaboration renforcée". 

 

Partager cet article

Partager cet article

En lien avec l'article