28.07.22
15:21

Incendies en Ardèche: un homme de 44 ans avoue avoir mis le feu

Un homme de 44 ans suspecté d'avoir provoqué plusieurs départs de feu mercredi en Ardèche, avec environ 1.200 hectares brûlés, "a reconnu les faits qui lui sont reprochés", a annoncé jeudi le parquet de Privas dans un communiqué.

Le suspect "qui présentait un taux d'alcool significatif lors de son interpellation" est passé aux aveux après avoir été "confronté aux nombreux témoignages recueillis par les enquêteurs" établissant sa présence et celle de sa voiture sur le départ des feux, selon la même source.

Plusieurs personnes étaient encore en garde à vue jeudi après l'incendie criminel, désormais maîtrisé, ayant ravagé 1.200 hectares en Ardèche, tandis que dans les Alpes-de-Haute-Provence un départ de feu a entraîné l'évacuation préventive d'un camping.

La grande sècheresse et le vent ont favorisé les départs de feu dans plusieurs départements ces derniers jours, certains criminels, d'autres accidentels.

Dans l'Ardèche, le feu a été "fixé ce (jeudi) matin", c'est-à-dire maîtrisé mais pas encore éteint, a déclaré à la presse Jean-Philippe Ladet, commandant des opérations de secours du SDIS. Les secours traitent encore "de nombreuses fumerolles" et sont "en train de créer des pistes" pour noyer le feu sur le terrain, a-t-il dit. 

Jusqu'à 600 hommes ont été mobilisés, 350 le seront encore pour la journée. Mais "nous allons rester de nombreux jours pour nous assurer qu'il n'y ait plus aucune reprise", a affirmé le responsable des secours. 

 

"On l'a échappé belle" -

"Je suis soulagée, on se dit qu'on l'a échappé belle, et en même temps un peu inquiète" en raison du vent du sud qui pourrait reprendre, a réagi pour sa part la maire de Lussas, Claude Moncomble, qui n'a "jamais connu un feu aussi énorme".

"Je suis complètement choqué, traumatisé même. Il y avait le feu au sud, le feu au nord...", a aussi témoigné Michel, retraité à Darbres, commune voisine.

"On n’a pas arrêté..." de 09H00 à 15H00, soufflait encore mercredi soir Romain Charbonnier, 22 ans, pompier volontaire 1ère classe, non loin d'un arbre en flammes devant un paysage calciné où l'odeur de brûlé saisit les narines.

 es bombardiers d'eau (cinq Canadair et un avion Dash), ainsi qu'une centaine d'engins d'intervention et un hélicoptère de la sécurité civile ont été mobilisés pour ce feu, ayant nécessité l'évacuation préventive de 350 personnes de la petite commune touristique de Vogüé et de campings alentour. 

Dans les Alpes-de-Haute-Provence, quelque 400 personnes ont été préventivement évacuées mercredi soir d'un camping à Castellane face à un incendie qui a déjà parcouru 300 hectares sur la commune de Rougon, village perché sur les hauteurs du Parc naturel régional du Verdon.

Mais l'incendie "a été ralenti et progresse peu", a indiqué jeudi la préfecture et "le site n'était pas menacé par les flammes", selon des responsables à l'AFP.

Quelque 200 pompiers restent néanmoins mobilisés dans une zone difficilement accessible aux moyens terrestres. Un éventuel retour des personnes dans leur camping sera décidé "en seconde partie de journée", a précisé la préfecture.

 

Feu fixé dans l'Hérault 

Mercredi près de Montpellier, un incendie ayant brûlé 800 hectares de végétation a pu être maîtrisé, sans faire de victime ni brûler d'habitation. 

Ces nouveaux feux interviennent juste après les deux incendies "hors norme" qui ont ravagé pendant douze jours près de 21.000 hectares de forêts en Gironde et entraîné l'évacuation de quelque 36.000 personnes.

Dans ce département, quelque 500 pompiers étaient encore sur place mercredi pour traiter "les lisières et les points chauds", probablement encore pendant des semaines, a indiqué à l'AFP Thomas Couturier, porte-parole des pompiers. 

L’un des sites symboles du département, la dune du Pilat, a pu rouvrir mercredi, "dans des conditions sécurisées et avec des cheminements guidés".

 

"Héros du quotidien" 

Sur le plan judiciaire, "une enquête a été ouverte sur une hypothèse criminelle" concernant le feu de Gignac, a indiqué le procureur de Montpellier, Fabrice Bélargent. 

Toujours dans l'Hérault, une autre enquête pour "dégradations volontaires par incendie" a débouché sur la garde à vue d'un sapeur-pompier volontaire mercredi. 

Outre les méga-feux en Gironde, plusieurs incendies ont également touché le sud-est cet été, avec notamment 1.600 hectares partis en fumée au sud d'Avignon mi-juillet.

Si les étés sont secs dans le sud, avec le réchauffement climatique, l'intensité de ces épisodes de sécheresse risque encore d'augmenter, selon les experts de l'ONU. En France, le niveau de sécheresse a atteint un record avec 91 départements sur 96 obligés d'imposer de restrictions sur l'usage de l'eau.

Partager cet article