27.07.22
16:35

La star du basket Griner dit ne pas avoir eu l'intention d'introduire de la drogue en Russie

La star américaine du basket féminin, Brittney Griner, a dit mercredi lors de son procès près de Moscou avoir par erreur apporté du cannabis médicinal en Russie et n'avoir jamais eu l'intention de faire de la contrebande de drogue.

"Je n'ai pas eu l'idée, ni ne prévoyais d'introduire des substances interdites en Russie", a-t-elle déclaré au tribunal à Khimki, près de Moscou, où elle est jugée depuis début juillet, selon une journaliste de l'AFP sur place.

Âgée de 31 ans, cette joueuse de 2,06 mètres, considérée comme l'une des meilleures du monde, jouait pendant l'intersaison pour un club d'Ekaterinbourg, dans l'Oural. Elle est jugée à la suite de son arrestation à l'aéroport de Moscou en février en possession d'un liquide de vapoteuse à base de cannabis, qui selon elle lui avait été prescrit par un médecin.

Elle risque jusqu'à 10 ans de prison.

Ce procès est teinté de géopolitique alors que les tensions entre Moscou et Washington sont à leur comble avec le conflit en Ukraine. Nombre d'observateurs soupçonnent la Russie d'utiliser ce cas en vue d'un futur échange de prisonniers avec les Etats-Unis.

Mercredi, la joueuse, double championne olympique, a expliqué à la cour qu'elle utilisait le cannabis médicinal de façon légale aux Etats-Unis, sur ordonnance et lors de ses jours de repos, pour soulager de multiples "douleurs" physiques liées à sa pratique intensive du basket. 

Elle a assuré n'avoir pas fait exprès d'en prendre avec elle avant de partir en Russie.

"Je ne comprends toujours pas comment ça a fini dans mon sac. Je n'avais pas l'intention d'enfreindre la loi russe (...) Si je dois faire des hypothèses sur la façon dont ça a fini dans mon sac, je dirais que c'était parce que j'étais pressée de faire mes affaires", a-t-elle déclaré.

Brittney Griner a également affirmé n'avoir pas suivi les recommandations des autorités américaines de ne pas se rendre en Russie à cette période, car elle ne souhaitait pas "laisser tomber" son équipe en Russie.

Partager cet article