19.07.22
12:03

L'euro retrouve de légères couleurs face au dollar dans l'attente d'une réunion de la BCE

L'euro montait face au dollar mardi, s'éloignant de la parité à l'avant-veille d'une réunion de la Banque centrale européenne (BCE), qui a signalé sa volonté de remonter ses taux.

Alors que les cambistes se demandent si l'institut monétaire pourrait remonter ses taux de plus de 25 points de base, l'euro prenait vers 08h40 GMT (10h40 HB) 0,89% à 1,0234 dollar (+0,43% face à la livre à 85,23 pence). Depuis sa dernière réunion, la BCE a signalé qu'elle relèverait jeudi ses taux directeurs de 25 points de base.

Mais si cette hausse serait une première depuis 2011, elle pourrait paraître trop faible face à l'inflation record en zone euro, et certains observateurs se demandent si l'institut monétaire ne pourrait pas remonter ses taux encore plus rapidement. Une hausse de 25 points "laisserait le taux de dépôt négatif", remarque Lukman Otunuga, analyste chez FXTM, qui note que "tous les regards seront braqués sur Christine Lagarde", la présidente de la BCE qui s'exprimera jeudi.

"L'euro pourrait être en difficulté si les plans de la BCE déçoivent" mais, au contraire, "une hausse des taux surprise de 50 points de base" lui serait favorable, ajoute M. Otunuga. Mais d'autres dangers pourraient peser sur la monnaie unique, qui a atteint il y a moins de sept jours un plus bas en près de 20 ans à 0,9952 dollar.

"Les travaux de maintenance du gazoduc Nord Stream 1 doivent s'arrêter jeudi, et le marché attend nerveusement de voir si les livraisons de gaz naturel reprennent vendredi", note Stephen Innes, analyste chez SPI AM. Le risque que Moscou ne reprenne pas ses exportations vers l'UE inquiète les investisseurs et pèse sur l'euro. Autre inconnue, le sort du Premier ministre Mario Draghi, qui doit donner mercredi sa décision finale sur sa démission au Parlement.

Outre-Atlantique, le dollar recule de ses sommets car des membres de la Réserve fédérale américaine (Fed) ont indiqué en fin de semaine dernière qu'ils privilégiaient toujours une hausse de 75 points de base des taux, là où certains sur les marchés tablaient sur une envolée de 100 points de base.

Partager cet article