06.07.22
15:38

La Russie introduit de lourdes peines de prison pour les appels à agir contre sa sécurité

La Russie a adopté mercredi une loi punissant de lourdes peines de prison les appels à agir contre sa sécurité, au moment où Moscou réprime toutes les voix s'opposant à son offensive militaire en Ukraine.

Le texte, prévoyant jusqu'à sept ans de prison pour ce crime, a été voté mercredi par les députés de la Douma d'Etat, la chambre basse du Parlement russe, qui a également alourdi les peines encourues pour espionnage et les cas de "collaboration confidentielle avec des étrangers".

Ces durcissements de la loi, visant officiellement à "protéger les intérêts nationaux de Russie", sont "une réponse adéquate et opportune aux défis auxquels notre pays fait face", a assuré dans un communiqué l'un des auteurs de ce texte, le député Vassili Piskariov, du parti au pouvoir Russie unie.

En vertu des nouvelles dispositions, les appels publics d'individus à agir contre la sécurité de la Russie seront désormais punis de peines de deux à quatre ans de prison. La sanction peut être portée à 5 ans en cas d'appels diffusés par des médias et 7 ans s'ils sont faits en groupe organisé.

La collecte et la remise à l'ennemi d'informations "susceptibles d'être utilisées contre les forces armées russes" sera passible de peines allant jusqu'à 20 ans de prison.

La "collaboration confidentielle avec des étrangers" pourra elle coûter jusqu'à 8 ans de prison.

Depuis le début de l'opération militaire russe en Ukraine le 24 février, les autorités russes ont renforcé la répression des voix critiques de cette offensive, en bloquant médias indépendants et réseaux sociaux et en faisant voter des lois punissant de lourdes peines de prison toute forme de critique ternissant l'image de l'armée.

Plusieurs Russes --opposants et simples citoyens-- ont déjà été incarcérés pour de tels motifs dans l'attente de leur procès. Un député municipal de Moscou doit ainsi être jugé jeudi.

Partager cet article

Partager cet article