04.07.22
08:26

1,7 million de personnes bloquées dans la province chinoise d'Anhui

La Chine a placé 1,7 million de personnes en confinement dans la province centrale d'Anhui, où les autorités ont signalé près de 300 nouveaux cas lundi, dans la dernière d'une série d'épidémies mettant à l'épreuve l'approche de tolérance zéro de Pékin vis-à-vis du Covid-19

Le pays est la dernière grande économie à appliquer une stratégie "zéro Covid", réagissant à tous les cas par des mesures d'isolement strictes et des campagnes de dépistage rigoureuses.

L'épidémie dans l'Anhui - où les autorités ont découvert des centaines de cas la semaine dernière - survient au moment où l'économie chinoise commence à rebondir après un blocage de plusieurs mois à Shanghai et des restrictions perturbatrices liées au Covid dans la capitale, Pékin.

Deux comtés de la province - Sixian et Lingbi - ont annoncé des mesures de confinement la semaine dernière. Plus de 1,7 million d'habitants ne sont autorisés à sortir de chez eux que s'ils doivent subir un test de dépistage.

Les images du diffuseur public CCTV ont montré des rues vides à Sixian pendant le week-end et des personnes faisant la queue pour la sixième série de tests de dépistage de masse de ces derniers jours. 

La province a signalé 287 nouvelles infections lundi, dont 258 personnes qui ne présentaient aucun symptôme, selon la Commission nationale de la santé de Chine, ce qui porte le nombre total de cas découverts à un peu plus de 1 000. 
Dans un communiqué publié lundi par le gouvernement de l'Anhui, le gouverneur de la province, Wang Qingxian, a exhorté les autorités locales à "saisir chaque minute et à mettre en œuvre avec sérieux un dépistage rapide" ainsi qu'une mise en quarantaine et un signalement rapides des cas.

La province voisine de Jiangsu a également signalé 56 nouvelles infections locales dans quatre villes lundi.
Bien que le nombre de cas reste faible par rapport à la vaste population chinoise, les responsables insistent sur le fait que la politique du "zéro-covirus" est nécessaire pour éviter une catastrophe sanitaire, en soulignant la répartition inégale des ressources médicales et le faible taux de vaccination des personnes âgées.

Mais cette stratégie a porté un coup à la deuxième plus grande économie du monde et son application stricte a déclenché de rares protestations dans ce pays étroitement contrôlé.
L'isolement international de la Chine a également incité certaines entreprises et familles étrangères disposant de moyens financiers à planifier leur départ.

Les autorités nationales ont annoncé une réduction des exigences de quarantaine pour les arrivées internationales le mois dernier, ce qui a fait remonter la plupart des marchés asiatiques, les investisseurs espérant que cette mesure pourrait donner un coup de fouet à l'économie de Pékin, en plein marasme.

Mais le responsable de la santé Lei Zhenglong a insisté sur le fait que la nouvelle politique de quarantaine n'était "absolument pas un relâchement de la prévention et du contrôle (du Covid)"

Partager cet article