21.06.22
07:27

La Belgique a rapatrié de Syrie six femmes et 16 enfants de djihadistes présumés

La Belgique a rapatrié cette nuit d’un camp du nord-est de la Syrie, 6 femmes et 16 enfants de djihadistes présumés, a indiqué mardi le cabinet du Premier ministre Alexander De Croo. Les enfants sont tous âgés de moins de 12 ans. Cette action intervient moins d’un an après une première mission du même genre.

Les femmes ont été directement arrêtées pour leurs liens supposés avec l’Etat Islamique. Les enfants doivent être pris en charge par le parquet de la jeunesse. L’année dernière, la Belgique avait rapatrié six mères et 10 enfants de Syrie.

"Cette nuit s’est déroulée la dernière phase d’une opération destinée à rapatrier depuis la Syrie 16 enfants belges accompagnés de mères de nationalité belge", a indiqué le parquet fédéral belge dans un communiqué.

"Le vol de la Défense a atterri cette nuit à 1h30 du matin", a-t-il ajouté, conviant à une conférence de presse dans la matinée à Bruxelles pour davantage de précisions.

Il s'agit de la principale opération du genre jamais organisée par la Belgique depuis la chute du groupe Etat islamique (EI) en 2019, qui avait conduit à l'arrestation de centaines de femmes et d'enfants de toutes nationalités placés en rétention dans des camps contrôlés par les forces kurdes.

En mars 2021, au lendemain d'un feu vert des services antiterroristes, le Premier ministre belge Alexander De Croo avait promis de "tout faire" pour rapatrier de ces camps les enfants de moins de 12 ans dont la filiation belge est prouvée.

L'Ocam, organisme belge chargé de l'analyse de la menace terroriste, avait jugé que les enfants et mères ayant séjourné dans ces camps nécessitent "un suivi permanent", qui est "beaucoup plus facile" à assurer sur le sol belge.

En juillet 2021, une première opération d'ampleur sous l'égide du gouvernement belge avait permis de rapatrier dix enfants et six  qui étaient retenus dans le camp syrien de Roj.

La Belgique compte avec la France parmi les pays européens ayant vu partir le plus grand nombre de combattants étrangers après le déclenchement de la guerre en Syrie en 2011. A partir de 2012, plus de 400 Belges sont partis y combattre dans les rangs des organisations jihadistes.

 

 

Partager cet article