16.06.22
06:28

Bientôt limités à 100km/h sur nos autoroutes ?

Lâchez le champignon. Il va falloir rouler moins vite sur les autoroutes, maximum 100km/h, pour économiser du carburant et de l’énergie.

C’est une piste parmi d’autres dans le rapport des experts que le gouvernement a mandaté pour sauver notre pouvoir d’achat.

Allez, on vous explique tout ça. Et on roule lentement !

Il est tout chaud comme les croissants que j’aime manger le matin : le plan du gouvernement pour booster le pouvoir d’achat des Belges. 

Parce qu’ils trinquent les Belges, rayon pouvoir d’achat entre la superinflation et la supertaxation, ils sont pris en étau et vont bientôt exploser comme des citrons qu’on presse trop fort.

Et donc, pour éviter que tout cela se termine en mauvais jus de fruit, le gouvernement fédéral avait mandaté un groupe d’experts pour plancher sur des mesures devant aider les belges a retrouver du pouvoir d’achat, du salaire poche, comme on disait a mon époque. 

Sept experts – comme dans  western, les sept mercenaires – avec un patron : le gouverneur de la banque nationale. Qu’ont-ils donc dégainé comme mesures ?

Pierre Wunsch, ex-chef de cabinet de Didier Reynders, désormais gouverneur de la banque, c’est le shérif de ce groupe composé d’économistes et de profs d’unif. Alors que proposent-ils?

Si on veut schématiser, on peut dire qu’il y a toute une série de mesures qui reposent sur des actions autour de l’énergie et une série d’autres sur la fiscalité avec en tout une dizaine de mesures.

Attention, c’est un rapport intermédiaire qui doit être finalisé dans les 2 semaines et ensuite discuté au gouvernement.

Sur l’énergie donc, que retrouve-t-on ? L’idée, est de faire un geste pour la classe moyenne parce qu’elle est, elle aussi, durement impactée par l’envolée des prix. 

Le gouvernement De Croo avait déjà pris certaines mesures comme l’extension du tarif social à certaines catégories de personnes, avec pour effet de créer un « effet de seuil » : les ménages de la classe moyenne inférieure, confrontés à des factures d’électricité, de gaz ou de mazout élevées, ne pouvaient prétendre à ce tarif « protégé » parce que gagnant un peu plus que le plafond fixé par l’Etat.

Les économistes recommandent qu’un geste soit posé en leur faveur. Une extension du tarif social par exemple, ou l’émission d’un chèque-énergie.

On parle aussi beaucoup d’une autre mesure ce matin, elle s’étale en Une du Laatste Nieuw et du Soir : les Belges vont devoir arrêter d’appuyer sur le champignon.

S’il y a une mesure que les Belges vont retenir de ce rapport des experts, c’est bien celle-là : pédale douce.

Faire passer la limitation de vitesse sur les autoroutes de 120 a 100 km/h permettrait d’économiser jusqu’à 10% de combustible, c’est donc une piste qui est proposée au gouvernement. Encore que certains spécialistes nuancent : c’est le style de conduite qui est impactant, si vous continuez à beaucoup accélérer et freiner, vous n’allez pas économiser 10% de carburant en roulant moins rapidement.

Rayon énergie, les poches des experts regorgent de suggestions pour le gouvernement. Par exemple :

Ne pas maintenir trop longtemps la tva à 6% sur l’énergie : d’une part, ça prive l’Etat de recettes importantes, mais, surtout, ça n’incite pas a économiser l’énergie.

Les experts poussent plutôt une TVA intelligente qui baisse quand la tendance est à la hausse mais augmente en cas de baisse tarifaire.

Autre pistes : isoler les logements sociaux et les habitations anciennes ou encore diminuer les avantages des voitures de société. Une petite dernière ? Obliger les fournisseurs d’énergie à proposer des contrats fixes a côté des contrats variables, qui coûtent tellement cher pour le moment.

Les experts préconisent également de venir taxer les surprofits de certaines entreprises. 

Ce groupe d’experts mandatés par le gouvernement prône justement une piste que ce gouvernement veut appliquer depuis des mois.

L’idée est de venir taxer les surprofits réalisés par le secteur de l’énergie. figure également parmi les suggestions remises au « kern ».

Avec un bémol : ce secteur a également connu des années de vaches maigres et il serait sans doute injuste de le presser quand la situation s’améliore.

Pas de chiffre ni de montant dans le rapport, mais si on se réfère a ce que veulent les socialistes par exemple, on sait que tout ce qui est au dessus de 8% de surprofits devra être taxé différemment. C’est plus vite dit que fait, parce que c’est encore une fois – notamment Engie qui est dans le collimateur. Et aller lui raconter qu’on va la surtaxer sur ses profits alors qu’on demande de l’autre côté si l’entreprise française veut bien prolonger deux réacteurs: c’est une position pas facile a tenir.

A côté des pistes sur l’énergie, il y a encore des idées en stock chez nos amis les experts.

Personne ne remet en cause l’indexation automatique des salaires, mais certains réclament une harmonisation du système.

Vous savez que tout le monde ne voit pas son salaire adapté en même temps, certains devant attendre jusqu’en janvier prochain pour que leur rémunération s’adapte à nouveau au coût de l’existence.

Il faudrait harmoniser cela, disent les experts. Mais la nouveauté, à ce niveau là, c’est l’idée d’indexer plus rapidement les barèmes fiscaux dès juillet plutôt qu’au 1er janvier prochain.

Cette mesure aurait pour effet de diminuer le précompte professionnel et donc d’augmenter le revenu net des salariés, puisqu’on tombera moins vite dans la tranche fiscale supérieure.

Cerise sur le gâteau, toutes ces pistes ne doivent pas coûter aux finances publiques belges déjà ultra plombées par le Covid. 

Avec un taux d’endettement de 108% du PIB, ce n'est pas comme si Alexander De Croo était l’oncle Picsou pouvant distribuer de l’argent à tout ce qui bouge.

Il s’agit de ne pas aggraver cette situation d’endettement et de déficit public. Raison pour laquelle les experts recommandent que le coût des éventuelles nouvelles mesures soit compensé par des recettes (comprenez taxes) ou par ce fameux taux d’emploi de 80%.

La meilleure manière de préserver la compétitivité et le pouvoir d’achat dans ce pays, c’est bien de mettre davantage de personnes au travail.

Allez, on se retrousse les manches.

Partager cet article